Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : En mode gestion déléguée

Disons-le tout net. Les prestations de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) n’enchantent aucun de ses clients. Depuis des décennies, elle s’est illustrée par des actes et pratiques aux antipodes des attentes de la clientèle. Il n’y a pas encore si longtemps, la fourniture régulière de l’énergie électrique dans les grands centres urbains était sujette à des perturbations intempestives. Si la situation semblait s’améliorer quelque temps, c’était pour devenir davantage critique l’instant d’après. Structure publique en situation de monopole, la Sbee n’a fait aucun effort pour améliorer ses prestations. Au contraire, d’année en année, des dizaines de milliards de nos francs y ont été engloutis sans que des résultats durables et satisfaisants ne soient enregistrés. En dépit de quelques avancées, les coupures fréquentes d’électricité n’ont pas pour autant baissé.
Patrice Talon, en s’invitant dans la compétition électorale pour la présidentielle a promis inverser la tendance. Depuis qu’il tient les rênes du pays, même s’il y a encore beaucoup de réglages à opérer, force est de reconnaître un progrès dans la fourniture de l’énergie électrique. Mais le mal est si profond que le gouvernement a décidé de ne pas s’arrêter en si bon chemin. Le Conseil des ministres du 12 mai 2017 a entériné l’option de faire recours à un privé pour la gestion déléguée de la société. A en croire le ministre en charge de l’énergie, le contrat de gestion déléguée est un engagement contractuel par lequel une entité privée prend la responsabilité de la gestion d’une entreprise publique, moyennant paiement pour la prestation de service, mais toujours avec l’effectif de l’entreprise.
Le gouvernement est parvenu à la conclusion que les fonds publics ne peuvent pas perpétuellement redonner du souffle à une société en situation de monopole qui offre un service très prisé mais qui paradoxalement est incapable de produire des résultats et de générer des bénéfices. Le rôle du gestionnaire privé sera donc de remettre la société sur les rails en offrant un service de meilleure qualité. Réalisme oblige, le miracle n’aura pas lieu de sitôt. Mais progressivement, les résultats tant recherchés pourraient être atteints. La Sbee n’a pas vocation à produire de l’électricité mais à distribuer la quantité qu’elle reçoit de la Communauté électrique du Bénin (Ceb). Mais si de sérieux efforts sont faits quant à l’entretien et au renouvellement des matériels et équipements, si des facilités sont offertes aux clients pour le paiement rapide des factures et si une prompte réaction est enregistrée en cas de panne, ce serait déjà d’énormes progrès.
Lorsque le processus de gestion déléguée sera conduit à son terme, l’Etat qui est la personne publique ne se désengage pas pour autant de la société. A travers ses représentants, il garde un énorme pouvoir de décision, surtout en termes d’investissements. La crainte des citoyens demandeurs des services de la Sbee, c’est que les factures connaissent une haute vertigineuse. Tout le monde est d’avis que la société a besoin d’améliorer ses prestations. Mais que cela ne soit pas un prétexte pour adresser des factures salées aux clients. L’Etat est appelé à veiller au grain pour que les Béninois qui font déjà face à la morosité économique ambiante subissent les revers de cette décision. En toute chose, il faut de la mesure.

14-06-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme !
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Grève sans trêve !
13-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La leçon des Fcbe à l’Un
13-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cauris à l’assaut !
12-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le congrès de la résurrection
8-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Au rythme des négociations !
7-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Négociations en pointillé !
5-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Chronique culturelle : Crise au Bubedra
2-02-2018, La rédaction
En vérité : Bonus pour destination Bénin !
1er-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’obscénité à tout-va !
1er-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le challenge de la transparence
31-01-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1230

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)