Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : L’erreur d’un remaniement

Coup de tonnerre dans le ciel du Nouveau départ. Candide Azannaï, le fidèle des fidèles, qui a pris les risques les plus fous pour le compte de Patrice Talon fait cavalier seul. Alors que les Béninois avaient les yeux rivés sur l’Assemblée nationale où se déroule en ce moment l’examen en commission du projet de loi portant modification de la Constitution, le désormais ex ministre de la défense a ravi la vedette aux députés. Lundi dernier, il a déposé le tablier, se libérant ainsi de ses charges gouvernementales. Une démission presque inédite dans le contexte politique béninois. L’acte posé par le président du parti « Restaurer l’espoir » est d’autant plus expressif qu’il s’est affiché depuis plusieurs années comme un allié de Patrice Talon pour lequel il a combattu sans répit avec la parole comme arme avant d’être rejoint beaucoup plus tard par l’état major du candidat aujourd’hui président de la République.
Cette démission surprise appelle de la part du chef de l’Etat la résolution d’une multitude d’équations. A première vue, on pourrait songer à un remaniement ministériel dont le but serait non seulement de combler le poste stratégique laissé vacant mais aussi de renforcer l’équipe gouvernementale afin de la rendre plus harmonieuse et plus apte à répondre aux défis du moment. Mais procéder ainsi dans l’immédiat compromettrait les chances de réussite du quinquennat en cours. Le chef de l’Etat pourrait tout au plus pourvoir au remplacement de son allié de taille afin de relancer la machine de l’Exécutif qui a reçu un coup de massue. D’un autre côté, pour minimiser ce séisme politique, Patrice Talon peut choisir lui-même de diriger le ministère de la défense, le temps de faire les réglages nécessaires. Ce ne serait pas la première fois qu’un tel cas de figure se produirait. Il n’y a pas si longtemps que ça, Boni Yayi a occupé ces mêmes fonctions sans que la République n’en soit ébranlée.
Le plus urgent, vu que Patrice Talon a déjà consommé une année sur les cinq qu’il est appelé à passer à la tête de l’Etat, serait de lancer les grands travaux. Les ministres actuels sont imprégnés du contenu du Programme d’actions du gouvernement. Nul doute que tous s’activent pour amorcer la phase d’opérationnalisation de ce programme ambitieux, chacun dans le cadre de ses attributions. L’attitude la plus sage et la plus bénéfique pour la nation, si tant est que Patrice Talon ambitionne d’apporter sa pierre à l’édification de la nation, serait de finaliser les dossiers les plus brûlants et de procéder au lancement des grands travaux. Après cette étape, libre cours lui est donné de revoir la composition de l’équipe gouvernementale. Ce serait une grave erreur de timing que de procéder à un remaniement ministériel approfondi à l’heure actuelle.
Si le président de la République tient à recomposer son équipe de combat maintenant, il portera, sans le vouloir, un coup d’arrêt au processus en cours. L’expérience a prouvé que les nouveaux ministres mettent environ six mois pour s’approprier les dossiers avant de passer à l’acte. En un quinquennat, des bonds prodigieux peuvent être accomplis, si la denrée précieuse qu’est le temps est utilisée à bon escient. Encore qu’un remaniement dans les conditions actuelles consacrerait à coup sûr l’entrée au gouvernement des formations politiques soutenant les actions du chef de l’Etat à l’instar du Parti du renouveau démocratique (Prd) et dans une moindre mesure les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) et la Renaissance du Bénin (Rb). Cette hypothèse faciliterait sans doute l’adoption rapide par l’Assemblée nationale du projet de loi portant modification de la Constitution. Ce serait certes une victoire pour Patrice Talon, mais le plus important, c’est la satisfaction de l’intérêt général, et elle réside non pas dans le toilettage de la loi fondamentale, mais plutôt dans l’amélioration des conditions de vie des Béninois.

29-03-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Sauver Cotonou du drame d’Abidjan
22-06-2018, Isac A. YAÏ
La ville est plongée dans le deuil. Abidjan, la belle, pleure ses morts. Cette cité cosmopolite a troqué son charme contre les affres des pluies (...) Lire  

En vérité : A l’heure des réformes électorales
20-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les nouveaux chantiers de la (...)
18-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Révisions en plein Mondial (...)
14-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’enjeu du code électoral
14-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Code électoral à peaufiner (...)
12-06-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Révisions en plein Mondial !
14-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’enjeu du code électoral
14-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Code électoral à peaufiner !
12-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les merveilles du coton
11-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Réviser le code vestimentaire
7-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Affaire classée
4-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Journées déprogrammées !
31-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Anglais au préalable !
30-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Repenser la sécurité locale
30-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Concours de retour !
29-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Des réformes pour la justice
29-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’exemple : la meilleure école
28-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Funestes regrets de Yayi !
28-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Désastre écologique à Toho !
23-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une polémique précoce
22-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Une vitrine au Vatican !
17-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Difficile ascension pour la femme
17-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Corrompus sur le qui-vive !
16-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : 4 en liste, 3 sur la piste !
15-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le péril du vieux pont
15-05-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1350

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)