Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : La traque des produits illicites

L’opération Pangea 9 a connu un franc succès. Grâce à elle, les marchés de vente de médicaments à ciel ouvert n’existent désormais que de nom. En quelques jours seulement, cette activité florissante a connu un coup d’arrêt. Les commerçants des médicaments de la rue en ont eu pour leur compte. Ceux qui ont pris leurs quartiers dans les centres commerciaux, notamment au marché international de Dantokpa de Cotonou et au marché Ouando à Porto-Novo ont fait les frais de la répression des forces de l’ordre. Sans crier gare, des policiers et gendarmes ont débarqué dans ces lieux de transaction commerciale pour déposséder ces marchands de la mort de leurs stocks de produits illicites. Se croyant en territoire conquis, les acteurs de ce secteur de commercialisation de marchandises prohibées se sont rendu maintenant à l’évidence qu’ils étaient assis sur des sièges éjectables.
Cette opération conjointement menée par les ministères de l’Intérieur, du commerce et de la justice vise l’éradication de certaines pratiques commerciales préjudiciables à la santé humaine. En considérant le mode opératoire du gouvernement de la rupture, il est fort à parier qu’un autre secteur d’activités illégales sera bientôt sur la sellette. Il est possible que la vente de l’essence dite de contrebande connaisse aussi un coup d’arrêt lorsque le régime aura décidé de passer à l’action. Tout comme les vendeurs de faux médicaments qui ont fait, sans le savoir, l’objet d’enquêtes minutieuses avant le débarquement des forces de l’ordre, leurs homologues spécialisés dans la commercialisation des produits pétroliers issus de la contrebande, pourraient subir le même traitement. Quoi qu’on dise, les acteurs de ce domaine d’activités sont appelés à vivre la douleur qui est celle des vendeurs des médicaments de la mort.
Certes, ce commerce qui a donné du fil à retordre aux gouvernements successifs, ne cessera pas du jour au lendemain. Mais si les pouvoirs publics se décident à infiltrer ce réseau et à le démanteler, ils y parviendront à coup sûr. Ce ne sera pas une mince affaire. Ceux qui vivent de la vente de ces produits illicites ont plus d’un tour dans leur sac et l’ont prouvé à maintes reprises par le passé lorsque leur gagne-pain a fait l’objet de menaces de disparition. Seulement, quand le régime de la rupture qui s’est donné pour ambition d’éradiquer un certain nombre de mauvaises habitudes et de pratiques auxquelles sont habituées les populations aura décidé d’agir à ce niveau, qu’il s’entoure de toutes les précautions. Il s’agit, faut-il le rappeler, de produits éminemment inflammables, et leur manipulation au cours d’une éventuelle répression peut engendrer un brasier et partant… des troubles sociaux.
Contrairement aux vendeurs des médicaments de la rue, la phase répressive de la lutte contre la vente de l’essence dite kpayo devrait d’abord se mener contre les fournisseurs en provenance du géant de l’Est et les grossistes installés sur le territoire national. Tant que ces produits continueront de transiter du Nigéria vers le Bénin, vaine sera toute lutte menée contre les détaillants installés aux abords des voies, dans les ruelles et maisons. Si la traque contre les faux médicaments n’a pas rencontré de résistance farouche, il n’en sera pas ainsi pour le commerce illicite des produits pétroliers. Mais, avant qu’une lutte implacable soit menée à ce niveau, que le volet social soit privilégié en amont. La réinsertion professionnelle des acteurs du secteur qui, faute de mieux, pratiquent ce commerce, à leurs risques et périls, devrait préoccuper le gouvernement. Les vendeurs de faux médicaments ne doivent pas non plus être du reste dans ce combat social pour la quête du pain quotidien.

28-02-2017, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : L’os dans la gorge de la décentralisation
19-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Les maires de Pèrèrè et de Lokossa sont assis sur des sièges éjectables. Les membres des conseils communaux qu’ils dirigent sont remontés contre eux. (...) Lire  

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA !
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’apport de la diaspora
11-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Résultats trompeurs ?
10-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un opposant pas comme les autres
9-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil de la minorité
2-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ravip, la carte de l’espoir !
2-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
29-09-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Les mal-aimés de l’école
26-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Le Fard, ses satellites et son avenir !
25-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La face cachée des maires
25-09-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1110

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)