Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Le péril du vieux pont

C’est un piège à homme qui ne dit pas son nom. Vieux de 90 ans, l’ancien pont de Cotonou est en ruine. Les milliers d’usagers qui l’empruntent au quotidien sont loin d’imaginer qu’ils mettent leur vie en péril toutes les fois qu’ils franchissent cet ouvrage d’art. Située en plein cœur de la capitale économique, à un jet de pierre du centre des affaires, cette passerelle joue un rôle capital dans la fluidité de la circulation. L’érection au début des années 2000 d’un troisième pont à proximité n’a pas entraîné la désaffection des populations pour ce passage. Aux heures de pointe, lorsque se créent les bouchons, nombre d’usagers de la route jettent leur dévolu sur cet axe qui assure la liaison entre la périphérie et le centre ville. Au fil des années, cet ouvrage a perdu de sa superbe. Mis en service en 1928, il a subi une réhabilitation en 1980, soit 52 ans après sa construction. Depuis cette date, il n’a plus connu une intervention technique jusqu’à ce jour.
Il a fallu une alerte lancée par un internaute, illustrations à l’appui, pour que les services compétents du ministère des infrastructures et des transports s’activent autour de ce dossier. Les images publiées sur les réseaux sociaux font froid dans le dos. En état de dégradation avancée, ce pont s’effrite dangereusement à la base laissant entrevoir des amas de ferrailles qui ont subi la dure épreuve du temps. Le béton aussi a cédé avec des craquèlements par endroits. Les motocyclistes et automobilistes qui circulent peinard ne peuvent pas imaginer l’étendue des dégâts. C’est en s’aventurant sous l’ouvrage que la sinistre et effroyable réalité s’impose. Nul besoin d’être un technicien des ponts et chaussées pour conclure que ce pont a besoin d’être renforcé voire modernisé afin de continuer à jouer convenablement son rôle sans mettre en péril la sécurité des usagers de la route.
Promptement, le directeur général des infrastructures et son équipe se sont rendus sur place. Le constat effectué par leurs soins n’est guère reluisant. Avec dépit et un zeste d’impuissance, Jacques Ayadji a confirmé la pertinence de l’alerte. Mais il s’est voulu rassurant. Malgré son état défectueux, ce pont tient toujours la route à condition que les gros porteurs ne s’y aventurent pas. Cette descente du bras technique du ministre en charge des infrastructures et des transports est à saluer à sa juste mesure. Elle permet à l’opinion de savoir que la première alerte a été lancée depuis 2003 par les services compétents dudit ministère. De cette date à aujourd’hui, les pouvoirs publics n’ont pas cru devoir prendre le taureau par les cornes. Comme à l’accoutumée, les décideurs attendaient peut-être qu’un drame se produise avant de se réveiller de leur torpeur. Aujourd’hui, il faut croire que des diligences sont en train d’être effectuées pour redonner vie et vigueur à ce pont.
Selon Jacques Ayadji, des études sont en cours pour évaluer l’état technique de l’ouvrage avant que le processus devant conduire aux travaux de réhabilitation ne soit lancé. En attendant l’ouverture de ce chantier, la seule précaution prise semble être l’interdiction faite aux gros porteurs d’emprunter ce pont. A priori, les véhicules légers peuvent continuer de circuler en toute sécurité. Pour combien de temps encore ? Le ministère des infrastructures et des transports saura-t-il mettre les bouchées doubles et effectuer les travaux indispensables avant que le pire ne survienne ? C’est bien beau de rassurer les populations. L’idéal, c’est que tout soit mis en œuvre pour éviter tout effondrement ou affaissement de ce pont dont l’importance n’est plus à démontrer dans le décongestionnement de la circulation. Le ministre Cyr Koty et ses collaborateurs savent qu’ils n’ont pas droit à l’erreur.

15-05-2018, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : Place au concret !
20-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
Buffles-Aspac. L’affiche est belle. Le spectacle, j’en doute. Mais, le samedi 29 septembre prochain au stade municipal de Parakou, elle marquera le (...) Lire  

En vérité : L’arnaque à plein nez
20-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’école s’éveille !
17-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’appel de Gabriel Ajavon
17-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Inconcevable pénurie de timbres (...)
6-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ils l’ont fait !
4-09-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

En vérité : Grève sans trêve !
13-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La leçon des Fcbe à l’Un
13-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cauris à l’assaut !
12-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le congrès de la résurrection
8-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Au rythme des négociations !
7-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Négociations en pointillé !
5-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Chronique culturelle : Crise au Bubedra
2-02-2018, La rédaction
En vérité : Bonus pour destination Bénin !
1er-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’obscénité à tout-va !
1er-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le challenge de la transparence
31-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le dialogue pour le dégel social
30-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Remue-ménage à la Cour !
29-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’appel des évêques
29-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Une promesse non tenue
25-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Charte sans casse !
24-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le Ravip vu par les Soglo
24-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Réformes pour les femmes !
23-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le combat pour les femmes
23-01-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | ... | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | 270 | 300 | 330 | ... | 1440

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)