Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Editorial : Une décision salvatrice

C’est un ouf de soulagement pour les étudiants. Ceux inscrits à l’Université de Parakou et qui sont en instance de soutenance viennent de voir une partie de leurs peines allégée. Il y a encore quelques jours, ils étaient obligés de respecter une coutume. Offrir des présents aux maîtres de mémoire et aux membres du jury est encore à bien d’endroits une règle stricte à laquelle personne ne peut déroger. Systématiquement, les étudiants en fin de cycle étaient amenés à débourser pour contenter leurs enseignants chargés de procéder à l’évaluation finale de leur grade académique. Qu’il s’agisse du Brevet de technicien supérieur, de la licence, du master et même de la thèse, il fallait faire un effort financier conséquent pour obtenir le quitus des seigneurs de l’Université. Sensible à la galère subie par la communauté estudiantine depuis des lustres, le rectorat de l’Université de Parakou (Unipar) a enfin sifflé la fin de la récréation.
Par une note de service en date du 16 avril 2018, le Professeur Prosper Gandaho, recteur de l’Université de Parakou interdit désormais « aux impétrants d’offrir des cadeaux et autres colifichets aux membres de jury lors des soutenances de mémoire de Master ou de thèse de doctorat ». Sans appel, la sentence est tombée. Sans état d’âme, elle devra s’appliquer dans toutes les entités de ce haut lieu du savoir. Subtilement, le recteur rappelle à l’ordre ses collègues enseignants qui éprouvent du plaisir à vider les poches de leurs étudiants parvenus au seuil de la soutenance. A cette étape clé des études universitaires, ils sont la cible de tous les chantages, de toutes les menaces et de toutes les intimidations. Désireux d’obtenir leur diplôme, la plupart des étudiants cèdent à ces exigences édictées de manière fantaisiste par la seule volonté de certains enseignants cupides, qui font des misères à leurs apprenants dans l’optique de leur soutirer des sous et/ou des présents.
Avant l’ultime évaluation que constitue la soutenance, les étudiants souffrent le martyre avec leurs maitres de mémoire qui ne reculent devant rien pour s’en mettre plein les poches. Certains vont pousser l’indignité jusqu’à réclamer des enveloppes financières conséquentes à leurs étudiants qui sollicitent leur encadrement pour la rédaction des mémoires avant d’accéder à leur requête. D’autres encore exigent du vin et des spiritueux d’une certaine valeur en guise de primes de motivation. Cette vilaine tradition a cours dans plusieurs entités universitaires publiques et privées. Maillons faibles de la chaîne, les étudiants souffrent le martyre et rongent leur frein en silence. Mais, les responsables des universités, conscients de la situation, ont toujours laissé faire. Cette fois-ci, l’interdiction formelle vient de Parakou. Et les étudiants peuvent et doivent dorénavant brandir cette note de service salvatrice pour se mettre à l’abri des intentions malsaines de leurs enseignants.
A l’Université de Parakou tout au moins, l’assainissement des mœurs universitaires est enclenché. Les enseignants qui ne jurent que par l’argent vont devoir mettre un peu d’eau dans leur vin. L’application de la note de service qui décharge les étudiants de l’obligation de faire des dons à leurs enseignants dépendra non seulement du rectorat mais aussi des étudiants eux-mêmes. Ce serait heureux, si dans un mouvement d’ensemble, les autres universités, publiques comme privées, décident de s’engager dans ce sillage. Le mal qu’a voulu corriger le recteur de l’Unipar sévit aussi dans les autres entités universitaires. Cette réalité n’honore pas la communauté universitaire qui, parce qu’elle est élitiste et scientifique, est appelée à faire preuve de vertu dans ses actes. La décision prise par le recteur de l’Unipar est digne d’intérêt. Elle sonne le glas des mauvaises pratiques fortement enracinées dans les habitudes universitaires. Les étudiants lui en savent gré.

19-04-2018, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : Place au concret !
20-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
Buffles-Aspac. L’affiche est belle. Le spectacle, j’en doute. Mais, le samedi 29 septembre prochain au stade municipal de Parakou, elle marquera le (...) Lire  

En vérité : L’arnaque à plein nez
20-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’école s’éveille !
17-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’appel de Gabriel Ajavon
17-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Inconcevable pénurie de timbres (...)
6-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ils l’ont fait !
4-09-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Place au concret !
20-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’arnaque à plein nez
20-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’école s’éveille !
17-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’appel de Gabriel Ajavon
17-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ils l’ont fait !
4-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Tricherie à assumer !
3-09-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Exit la grève !
3-09-2018, Moïse DOSSOUMOU
En toute sincérité : Job ou famille !
31-08-2018, Naguib ALAGBE
Editorial : Rebelles, et ils font la loi !
30-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Rendez-vous de taille à Pékin !
29-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Un moratoire salutaire
29-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Chirurgiens-dentistes édentés !
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le péril ‘‘crue’’ !
22-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Dangnivo, l’ultime procès ?
22-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La rentrée de tous les enjeux
20-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Urgence pour une rentrée !
20-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Repenser les fêtes identitaires
16-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Directeur sur conditions !
14-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’étonnant silence du Prd !
14-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Hadj sans tapage !
13-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Une curieuse réforme !
13-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Tapis rouge pour Odile
9-08-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Etat civil : rattrapage gratis !
8-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’énigme Koupaki
8-08-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1440

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)