Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


En vérité : La réforme des péages

Les tarifs sont passés du simple au double. Une pilule amère, difficile à avaler pour les Béninois. Depuis le 1er juillet dernier, les usagers des axes routiers boudent. Leurs bourses sont davantage éprouvées lorsqu’il leur faut emprunter des itinéraires sur lesquels sont érigés des postes de péage et de pesage. Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, la nouvelle donne est rentrée en application et n’épargne personne. Les conducteurs de véhicules légers tout comme ceux des gros porteurs font grise mine. La décision du ministre en charge des transports relative à la révision à la hausse des tarifs préalablement observés dans les postes de péage et de pesage suscite une vive réprobation. Comme si le ciel leur était tombé sur la tête, les transporteurs, dont les syndicats ont néanmoins été associés à la mesure, sollicitent un allègement des nouveaux coûts.
Fixes depuis plus de dix ans, les tarifs de péage et de pesage ont été révisés à la hausse à compter du dimanche 1er juillet 2018 à zéro heure. Compris entre 300 et 1000 fcfa, les nouveaux tarifs sont désormais appliqués au niveau des postes de Ekpè, Ahozon, Grand-Popo, Kpédékpo, Diho, Prèkètè, Sirarou, Biro, Garou, Liboussou et Houègbo. « En ce qui concerne les véhicules poids lourds ou de hauteur supérieure à 2,55m, les nouveaux tarifs qui seront affichés au niveau de chaque poste, sont fixés en fonction du nombre d’essieux et du poids du chargement ». Telle est la teneur du communiqué rendu public par les services du ministère des infrastructures et des transports. Les populations qui ne savent pas toujours à quoi servent les fonds prélevés au niveau des postes de péage et de pesage ont du mal à comprendre le bien-fondé de cette facture salée qu’il leur faudra payer de gré ou de force.
C’est un fait que les routes béninoises ne sont pas du tout entretenues. Sitôt construites et mises en circulation, les infrastructures routières subissent les effets dévastateurs de l’incivisme des citoyens. A ceci s’ajoutent la qualité approximative des matériaux utilisés lors de leur érection et l’usure. Tous ces facteurs concourent à la dégradation rapide et prématurée des axes routiers érigés à grands frais. D’année en année, la réalisation des routes coûte de plus en plus cher. L’Etat a grand besoin de renflouer ses caisses pour faire face à deux défis constants : celui de la modernisation du réseau routier mais aussi celui de son entretien. Néanmoins, des questions subsistent : combien a été perçu au niveau des postes de péage depuis plus d’une décennie ? Qu’est-ce qui a été fait de cette somme ?
En dépit du contexte économique morose, le gouvernement a jugé utile de faire serrer davantage la ceinture aux citoyens. Ces derniers, en consentant un sacrifice supplémentaire, doivent être convaincus de la pertinence de la décision. Continueront-ils de débourser comme par le passé sans noter des changements significatifs en termes d’entretien des infrastructures routières ? Quels sont les engagements pris par le gouvernement et qui justifient cette hausse des tarifs ? Cette décision impopulaire peut s’avérer pertinente et bénéfique pour la nation si les leviers devant concourir à une saine gestion des fonds perçus sont actionnés. En procédant à cette hausse des tarifs, le gouvernement suscite indirectement la hausse des coûts de transport des personnes et des biens. Toutes ces privations auxquelles sont soumises les populations en valent-elles la peine ? La réponse dépend de l’usage qui sera fait des fonds perçus.

3-07-2018, Moïse DOSSOUMOU


CHRONIQUES

En vérité : Semaine décisive pour les candidats
18-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Pour eux, c’est la délivrance. Pendant que plusieurs candidats attendus aux prochaines élections législatives ne savent pas à quel saint se vouer (...) Lire  

En vérité : Sourire XXL chez les fonctionnaires
14-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil (...)
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction
chronique culturelle : Retour à l’écriture
14-02-2019, La rédaction
En vérité : L’article 242 selon la Cena
13-02-2019, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Au secours de l’état civil !
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction
En vérité : L’article 242 selon la Cena
13-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Un pas vers l’identité !
13-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Tous logés à la même enseigne
12-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux a la peau dure !
12-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les leçons d’un procès
11-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Champ libre pour l’agriculture !
11-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
JALOUSIE MALADIVE AU MASCULIN
8-02-2019, La rédaction
En vérité : Bonne nouvelle pour le Hadj
7-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Bénin, modèle de l’Uemoa
6-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Pactole pour femme autonome !
5-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’ultimatum de la Cour
4-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Fin de mandat du Cos
30-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Défense anti-corruption !
29-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le quitus salvateur
29-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le bel exemple de Nago
28-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du social avec le foncier !
28-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Pour ou contre les réformes ?
23-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le renouveau de l’entreprise
23-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Et la Lépi 2018 fut !
17-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Faites comme au Togo !
17-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le temps des débats d’idées
16-01-2019, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1560

Dr Martial Ayenon à propos de l’antibiorésistance « Il existe 5 (...)
16-10-2018, Moïse DOSSOUMOU
Très utiles pour lutter contre les bactéries responsables des infections, les antibiotiques ont aussi des limites. En (...)  

Réformes politiques, institutionnelles et économiques : Talon (...)
28-08-2018, Angelo DOSSOUMOU
« Demain, il fera beau… ! ». Cette chanson a bercé et continue de bercer l’enfance d’une bonne génération d’Africains et (...)  

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)