Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


En vérité : Restitution en négociation !

Restitution ! Pour avoir conscience du passé et construire notre futur, le Bénin multiplie des démarches à l’endroit de la France pour le retour des biens culturels pillés lors de la guerre coloniale. Au titre desdits biens réclamés par notre pays, figurent les trésors des rois du Danxomè emportés par le conquérant français. Mais jusqu’ici, le dos rond de la partie française devient agaçant.
Au courrier du mois d’août du Ministre des affaires étrangères du Bénin à son homologue français, le bruit d’un refus catégorique de restitution des collections dahoméennes court et sape les espoirs. Se fondant sur le fait qu’elle a ratifié la convention de l’Unesco de 1970 et l’a mis en application en 1997 et donc conformément à la législation en vigueur, la France dit être soumise au principe d’inaliénabilité, d’imprescriptibilité, et d’insaisissabilité. Pas conséquent, la restitution ne serait pas possible.
Mais, grâce à l’Unesco et au Comité intergouvernemental pour la promotion du retour de biens culturels à leur pays d’origine ou de leur restitution en cas d’appropriation illégale, des lignes ont bougé. En avril 2008, la France a rétrocédé au Burkina Faso plus de 260 pièces archéologiques volées saisies fin 2007 par les douanes françaises au port de Rouen. Ces œuvres volées par un couple français sont constituées de 231 fragments de poterie, 8 poteries entières, 17 objets en pierre et 6 objets en bronze. Elles dateraient de 1000 à 1.300 ans avant l’ère chrétienne. Toujours sur la base de la convention de 1970, plusieurs pays africains, américains ou asiatiques ont déjà pu récupérer nombre de biens culturels ou historiques auprès de pays étrangers. Alors, pourquoi pas pour le Bénin ? Sinon, au nom de quoi ne veulent-ils pas nous restituer nos biens ?
Déjà, heureux sommes-nous que dur comme fer, le gouvernement béninois y croit. De nouveau, le conseil des ministres a autorisé l’organisation d’une rencontre d’une délégation du Bénin avec les autorités françaises pour l’opérationnalisation du processus de restitution des biens culturels du Bénin en France. Et quand, tout comme pour d’autres pays bénéficiaires de la restitution, la démarche du Bénin respecte la vision de l’Unesco, n’est pas contraire au droit et épouse la morale, les pourparlers, autant de fois qu’il faudra, doivent s’engager jusqu’à ce que justice soit faite.
Pour écrire les prochaines pages d’un Bénin Révélé, notre art, notre histoire et même notre mémoire volés par le colon doivent être retournés. Gagner le combat contre l’appropriation illégale de nos biens, nous sommes, il faut y croire, en mesure de conserver notre patrimoine et d’en tirer profit. Mieux que la France et le musée du Quai Branly, notre pays a besoin de valoriser son tourisme et de faire connaître au monde, ici et non ailleurs, la valeur de nos biens cultuels et culturels. Une négociation plus intelligente, un recours si nécessaire auprès du Comité intergouvernemental pour la promotion du retour de biens culturels, pour que les prochaines générations ne s’interrogent pas sur leurs racines et leurs origines. Pour ça, contre la France, le Bénin doit être un et indivisible pour que reviennent nos biens culturels et vive notre histoire.
.

9-03-2017, Angelo DOSSOUMOU


CHRONIQUES

Editorial : L’os dans la gorge de la décentralisation
19-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Les maires de Pèrèrè et de Lokossa sont assis sur des sièges éjectables. Les membres des conseils communaux qu’ils dirigent sont remontés contre eux. (...) Lire  

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
plume libre : Vent d’intoxication sur la CENA !
13-10-2017, Sulpice Oscar GBAGUIDI
Editorial : La maladie des hôpitaux publics
12-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : L’apport de la diaspora
11-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Résultats trompeurs ?
10-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un opposant pas comme les autres
9-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le réveil de la minorité
2-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Ravip, la carte de l’espoir !
2-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérité : Mariage pompeux !
29-09-2017, Naguib ALAGBE
Editorial : Les mal-aimés de l’école
26-09-2017, Moïse DOSSOUMOU
Le Fard, ses satellites et son avenir !
25-09-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La face cachée des maires
25-09-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1110

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)