Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Plume libre : Rembourser les fonds …messieurs !

Sur le chantier de la lutte contre la corruption, la rupture avance à un rythme encourageant. Le coup de filet dans l’antre de la pègre de la Segub marque un tournant dans l’endiguement du fléau. L’impitoyable expédition du nouveau départ enfle l’espoir avec le pragmatisme du chef de l’Etat. Talon met le pied sur l’accélérateur. Jusqu’ici, on a sur la pente de corruption, roulé la pierre qui, sans cesse tombe. Condamnée à l’éternel recommencement et au cercle vicieux, la nation découvre le gilet de sauvetage de la rupture. L’heure a sonné pour que les fossoyeurs de la République vomissent les milliards anormalement ingurgités.
Encaisser de l’argent sans prestation aucune. Quelle audace ! Et des milliards se sont évaporés. Le gangstérisme a saigné les caisses de l’Etat. Et voilà la rupture qui traque les malfrats pour que justice soit rendue à ce peuple. Portant les loques de l’immoralité, ils avaient roulé dans le maquis giboyeux des finances publiques pour s’engraisser avec l’argent du contribuable. Corrompues jusqu’à la moelle des os, ces sangsues doivent rendre compte. On n’a aucune raison de s’apitoyer ni d’épiloguer sur leur sort. Le remboursement ou la prison. Les corrompus doivent choisir. Ce ne sera pas la tragédie de l’âne de Buridan qui a faim et soif et qui se trouve à mi distance entre le foin et l’eau. Ici les sinistres acteurs de la Ségubgate seront mis au pas.
Il serait utile que ces esclaves et obsédés de la corruption remboursent l’argent indument perçu. Evidemment, on devrait recourir aux geôles pour l’autre solution punitive en cas de résistance de quelques bandits impénitents toujours plongés dans l’ivresse de la bêtise. Le recours à des mesures musclées et privatives de liberté devrait refroidir les personnes rebelles à la morale et à l’éthique. En décidant de se servir de l’argent public comme si le pays était dans leur patrimoine, ces mécréants de la grande corruption avaient semé l’émoi , la consternation .
Patrice Talon propulsé à la tête d’un pays sous perfusion permanente et pillé par la pègre, fait de l’assainissement des finances publiques le cheval de bataille de la rupture. En prenant le relais à la présidence après une décennie du yayisme, le promoteur historique du nouveau départ porte le fardeau d’une succession périlleuse. La marche verte contre la corruption initiée par le chantre de la vaine refondation a paradoxalement accouché des monstres féroces de la corruption. Il fallait ranimer les espérances évanouies. Et Talon, non sans élégance et rationalité, fait l’heureuse remontée spectaculaire sur le terrain rocailleux de la lutte contre l’endémie.
Avec cette volonté clairement affichée de nettoyer les écuries d’Augias dans la sale affaire Segub, Talon montre qu’il ne veut pas s’attabler avec la pègre et perpétuer le vol et l’impunité. Le chantre du Nouveau départ se démarque ainsi de la gouvernance exécrable de son prédécesseur.
Il ne reste au pays qu’à se mobiliser derrière ses dirigeants de la rupture et à soutenir cette démarche engageante et pleine de promesses. On n’est pas condamné à l’échec et on est fatigué de vivre les tribulations. L’argent ou la prison.

16-11-2016, Sulpice Oscar GBAGUIDI


CHRONIQUES

En toute sincérité : Bande d’orduriers !
17-11-2017, Naguib ALAGBE
Cas Pratique : Cotonou, 14 heures et un soleil de plomb sur le boulevard du Canada comme d’ailleurs, sur toute la ville. Puis, cette scène qui ne (...) Lire  

Editorial : La polémique de la gratuité au (...)
16-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Cité éclairée, conseillers acclimatés (...)
16-11-2017, Isac A. YAÏ
Editorial : La pelouse de la honte
15-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Moins de misère aux prisonniers (...)
14-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : D’une rencontre à un dégel !
13-11-2017, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : La pelouse de la honte
15-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : D’une rencontre à un dégel !
13-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le vœu de l’éclairage public
13-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : De Sinsin à da Cruz !
9-11-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Changement de cap à l’Uac
9-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le faux pas d’Alassane Séidou
8-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le moratoire tant attendu
6-11-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Les femmes encore à la traîne
31-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’appel au social entendu !
30-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Ministre… malgré tout
30-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Des tueurs silencieux
26-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : La Police républicaine arrive !
24-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le veto du parlement
24-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Dantokpa bientôt à Adjagbo !
23-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le combat de l’internet
23-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1140

Regain d’activités politiques des Cauris : Les Fcbe refusent de (...)
21-08-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Curieuse façon de jaser, d’aller de hameau en hameau pour perturber la tranquillité des citoyens, de jouer les leaders (...)  

Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de (...)
26-05-2016, Arnaud DOUMANHOUN
La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que (...)  

Après l’installation de sa coordination And : So-Ava s’embarque (...)
23-03-2015, Angelo DOSSOUMOU
La commune lacustre de So-Ava est officiellement entrée samedi dernier dans la dynamique unioniste imprimée par (...)