Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Culture en danger…

S’il y a une chose que nous partageons le mieux sans nous en rendre compte, c’est bel et bien la culture.
La seule chose qui nous identifie, nous distingue et nous accorde une place de choix.
Mais depuis un certain nombre d’années, nous avons tendance à nous éloigner de cette précieuse source intarissable sous l’influence de succès et avancées que nous adoptons et qui proviendraient d’ailleurs.
Le constat se fait à chaque niveau et de façon spectaculaire. Nos artistes musiciens et chanteurs qui font le buzz ne promeuvent rien ou presque de local. Il faut laisser de côté l’incommensurable richesse culturelle pour embrasser ce qui vient des autres pour se faire un nom dans l’instance culturelle.
Le comble, en nous détournant de notre culture, n’est point dans l’espoir de conquérir d’autres peuples mais dans le but de satisfaire les nôtres qui n’ont plus goût à ce qui vient de chez nous.
Regardons-nous et posons-nous la question de savoir si nous sommes fiers de parler de tendances, de modes à suivre quand tout nous vient d’ailleurs.
Nous arrive-t-il de penser à cette poignée de créateurs d’œuvres de l’esprit qui, au quotidien, s’échinent à exploiter nos valeurs les plus intrinsèques pour peaufiner leur production et défendre une identité que nul ne peut promouvoir si ce n’est nous-mêmes ?
Observons et remarquons qu’aucun organisme international ne s’est jamais donné la mission de promouvoir un rythme 100% local, tels le Zinli, le Massè, le Toba, le Tchinkounmè, le tèkè, le Tipenti etc
Les financements les plus connus sont plutôt orientés vers la musique world, car c’est justement sur ces marchés et à travers ce brassage que nos potentialités dont nous ignorons la portée sont échangées contre ce que nous ramenons pour corrompre l’esprit du mélomane national. Encore une façon de détourner de nouveaux patriotes et conservateurs.
Que nous restera-t-il si nous décidons de tout sacrifier et de devenir comme les autres parce que nous ne serons jamais les autres.
En musique tout ou presque nous détourne, le chant, le rythme et même la danse de nos chers chorégraphes dont la plupart sont de véritables gangrènes que nous ignorons peut-être. Car mon cher artiste crée son concept, invite des danseurs pour le clip vidéo et ces derniers ne trouvent mieux à lui proposer que des danses étrangères.
Le mal est profond, et il ne s’agit nullement ici d’une question de financement mais plutôt de mentalités.
Chacun à son niveau doit se poser la question de savoir ce qu’il fait pour que sa culture rayonne et force l’admiration.
Les artistes doivent cesser avec le copier-coller et chercher à se donner une identité.
On peut s’ouvrir aux autres, s’inspirer et exploiter ce qui vient d’ailleurs mais dans le seul but de créer un canal d’expression à ce qui vient de chez soi.
Nos ancêtres ne doivent pas être fiers de nous, il est important que nous cherchions à nous rattraper.
Gildas LANTONKPODE

30-06-2017, La rédaction


CHRONIQUES

Chronique culturelle
21-07-2017, La rédaction
Nous nous sommes donnés comme mission depuis un certain temps d’apporter notre expertise et notre expérience au service de la culture béninoise qui (...) Lire  

Editorial : Le pain à polémique
20-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Des vagues à combattre !
20-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Formule ‘‘Portabilité mobile’’ !
19-07-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Que fait Talon de sa majorité (...)
19-07-2017, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Le Bénin sportif, pourquoi pas (...)
18-07-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Culture en danger…
30-06-2017, La rédaction


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 450

Organisation du Hadj 2015 : Le plaidoyer d’un convoyeur de (...)
21-07-2017, La rédaction
Si l’organisation du Hadj 2016 a été un succès, sous la houlette du Nouveau départ, et que celui de 2017 se prépare (...)  

Adjogan : le rythme de la canne : L’héritage des Aïnonvi
21-07-2017, La rédaction
Autrefois canne à percussion, le adjogan s’est révélé au fil des jours un rythme exécuté dans les cours royales lors des (...)  

Au centre multicorps de Cotonou : Comédiens et danseurs dans (...)
21-07-2017, Arnaud DOUMANHOUN
La thématique est originale et les acteurs se retrouvent dans un nouveau rôle, une nouvelle expérience avec la (...)  

15 ans après son dernier passage au Bénin : Aïcha Koné replonge le (...)
5-07-2017, La rédaction
Le temps n’est vraiment pas clément ce samedi soir. Mais pour l’amour de la musique et surtout pour la diva Aïcha (...)