Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Affrontements sanglants entre éleveurs et agriculteurs : Les députés dotent le Bénin d’une loi portant Code pastoral

JPEG - 57 ko

Les députés à l’Assemblée nationale, 7ème législature, ont adopté ce mardi 3 juillet 2018, la loi portant Code pastoral en République du Bénin. La proposition objet de cette loi a été initiée par le député Eric Houndété, 1er Vice-président de l’Assemblée nationale et son collègue Robert Gbian, 2ème Vice-président. En votant cette loi, les députés viennent de renforcer l’arsenal juridique du Bénin. Selon la Commission du plan, de l’équipement et de la production du Parlement présidée par le député Jean-Michel Abimbola, qui a présenté le dossier à la plénière, l’élevage des ruminants au Bénin, surtout celui du gros bétail, est essentiellement transhumant avec environ 2 166 000 têtes de bovins et 878 000 ovins. Cet élevageest également caractérisé par un système alimentaire de type pastoral basé sur l’utilisation des parcours naturels ; ce qui ne manque pas d’engendrer des conflits parce que les agriculteurs voient souvent leurs champs détruits par des troupeaux de bovins dans la zone méridionale du Bénin. En définitive, la loi votée reconnait aux éleveurs le droit fondamental de vivre du pastoralisme, un droit reconnu et garanti par l’État et les collectivités territoriales avec une définition claire de la responsabilité pour la gestion rationnelle des ressources naturelles et une obligation de garantie de paix sociale. Aussi, prévoit-elle les espaces pastoraux tels que la zone de pâturage, le couloir de passage, la piste de transhumance, les aires de repos, les zones d’attente, les centres de vaccination, les points d’abreuvement ou points d’eau ainsi que les ressources fourragères ou en eau. On peut aussi noter, dans la loi votée, des dispositions relatives aux conditions pour la garde des animaux, les modes d’élevage et le cadre institutionnel de la transhumance, la création d’un office public à caractère social doté de la personnalité juridique et jouissant d’une autonomie financière placé sous la tutelle du gouvernement, l’assujettissement des transhumants transfrontaliers au paiement de taxes locales, de taxe d’entrée sur le territoire du Bénin, d’une taxe de parcage et d’une caution. Elle a aussi prévu des dispositions pénales.

4-07-2018, Karim O. ANONRIN


CHRONIQUES

En vérité : Le côté institutionnel des législatives
17-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Les stands de la foire politique sont ouverts. A échéances régulières, ils drainent du monde. Cette fois, ils sont particulièrement animés. Les temps (...) Lire  

Editorial : Pour le vote…Nos cartes !
17-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérit : Statut WhatsApp !
14-12-2018, Naguib ALAGBE
En vérité : Le combat contre la saleté
13-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Que mijote l’opposition ?
12-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Progressistes et républicains : les (...)
11-12-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 3000

Millennium Challenge Corporation : Le Bénin éligible pour (...)
17-12-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Bonne nouvelle. Le Bénin gagne une fois encore la confiance des Etats-Unis d’Amérique dans le cadre du Millénium (...)  

Message du président de la République sur l’état de la Nation : Le (...)
17-12-2018, Karim O. ANONRIN
Le Chef de l’Etat béninois, le président Patrice Talon, se présentera dans quelques jours devant les députés à (...)  

Réunion sur le financement adéquat de la santé en Afrique : Les (...)
17-12-2018, Karim O. ANONRIN
La ville de Porto-Novo et plus précisément le Complexe Tiwani accueille ce jour lundi 17 décembre 2018 et jusqu’au 19 (...)  

Dialogue social : Talon rencontre les centrales syndicales (...)
14-12-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Une séance de vérité, et sans doute de conciliabules entre le Chef de l’Etat et les partenaires sociaux. Dans un (...)