Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Assemblée nationale : La loi sur la protection des handicapés votée

JPEG - 59.6 ko

Les députés à l’Assemblée nationale, 7ème législature ont adopté hier la loi portant protection et promotion des droits des personnes handicapées en République du Bénin. Selon la Commission de l’Education, de la Culture, de l’Emploi et des Affaires Sociales présidée par la députée Claudine Afiavi Prudencio qui a présenté le dossier à la plénière, il s’agit d’une loi d’environ 79 articles. Elle est subdivisée en 5 chapitres dont le premier qui compte 4 sections est consacré à l’objet, le champ d’application, les 8 principes fondamentaux et la définition de certains termes et expressions utilisés dans le texte. Le chapitre 2 est consacré à la question de la prévention du handicap. Le chapitre 3 traite des droits des personnes handicapées. Le chapitre porte sur les dispositions pénales et le chapitre 5 est consacré aux dispositions finales. Sont concernées par la présente loi, les personnes ayant les handicaps tels que l’handicap auditif, l’handicap intellectuel, l’handicap mental ou l’handicap psychosocial ou l’handicap psychique, l’handicap moteur, l’handicap visuel, l’handicap sensoriel, l’infirmité motrice cérébrale et les troubles de la communication verbale ou écrite. L’autre disposition consacrée par la présente loi est la prise par l’Etat et les collectivités territoriales décentralisées des mesures nécessaires pour prévenir les handicaps résultant entre autres des violences domestiques, la défectuosité des édifices publics, la pollution de l’environnement, les catastrophes naturelles, la circulation territoriale, routière, aérienne et maritime, les conflits armés et les violences de toute autre nature. Aussi, l’Etat apporte-t-il à toute entreprise créée par une personne handicapée au profit d’autres personnes handicapées, un appui comprenant la mise à disposition d’un personnel d’encadrement, l’octroi d’aide à l’institution, les exonérations totales ou partielles temporaires ou permanentes, les garanties de crédits et des appuis techniques auprès des organismes publics d’appui au développement. Quant à ceux qui refusent de déclarer leurs enfants à leur naissance parce qu’ils découvrent en eux des handicaps tels que prévus par cette loi, ils sont passibles de peine d’amende allant de 40.000 Fcfa à 200.000 Fcfa. Cette sanction s’étend aussi aux complices de la non déclaration d’un enfant à sa naissance à cause de son handicap.

14-04-2017, Karim O. ANONRIN


CHRONIQUES

En vérité : Désastre écologique à Toho !
23-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Des milliers de poissons morts empoisonnés. Des risques énormes pour l’écosystème et une activité principale paralysée. A Athiémé, sur le lac Toho, (...) Lire  

Editorial : Une lueur d’espoir pour les (...)
23-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les paradigmes de l’espérance (...)
22-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une polémique précoce
22-05-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Une vitrine au Vatican !
17-05-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Difficile ascension pour la (...)
17-05-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2670

Campagne cotonnière 2018-2019 : Le gouvernement augmente le prix (...)
25-05-2018, Arnaud DOUMANHOUN
« Le gouvernement a entrepris depuis deux ans, le renforcement de la professionnalisation du secteur. Et de 451.000 (...)  

Réaction de quelques députés après la décision de la HAAC
25-05-2018, La rédaction
Réaction de quelques dispoquotenibilité Louis Vlavonou « …Je prends acte de la décision de la HAAC tout en regrettant (...)  

La HAAC, le canon braqué contre la presse libre
25-05-2018, La rédaction
Je ne suis pas de ceux qui, habituellement proposent de supprimer les institutions qui posent problème dans leur (...)  

Agapit Napoléon Maforikan, Ancien conseiller de la Haac : « La (...)
25-05-2018, La rédaction
Nul ne peut se réjouir lorsqu’un organe de presse est en difficulté. La liberté de presse est un bien précieux que nous (...)