Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Audience au Tribunal de première instance de Cotonou : Le procès de Mètognon et compagnies renvoyé au 30 janvier

JPEG - 58.9 ko

Un soleil peu ordinaire s’est levé hier matin au-dessus du Tribunal de première instance de Cotonou (Tpi). Il sonne environ 9h, que déjà, un fil de véhicules s’observe à l’entrée du Tpi. La cour était noire de monde. Et, il faut se frayer un chemin pour atteindre la salle des audiences publiques. Aucun doute, les invités de la chambre des flagrants délits sont spéciaux. Au-devant des prévenus, une figure de proue de l’histoire sociopolitique du pays, Laurent Mètognon, mis au banc des accusés au même titre que Jérémie Mora, Célestin Ahonon, Saliou Aboudou Youssao et cie, dans le cadre du dossier placement hasardeux de fonds de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) à la Bibe. Ouverture de l’audience. Le juge Rodolphe Azo interpelle les détenus, mais à chaque interrogation, la réponse fut ‘’le silence’’.
Me Baparapé, du collège des avocats des prévenus, intervient donc pour démontrer l’illégalité de la procédure étant donné que ‘’le 27 novembre 2017, Laurent Mètongnon et ses coaccusés ont envoyé une lettre demandant au juge Rodolphe Azo de se déporter, et les avocats aussi, dans la même dynamique et pour un procès plus équitable, ont écrit pour récuser ce juge, soupçonné d’être proche du pouvoir’’.
Offusqué par les déclarations de l’avocat, le juge demande son expulsion de la salle. Mais, ses collègues protestèrent. Ce fut un remue-ménage. Dans la cour du Tpi, l’issue du procès tenait en haleine, parents, amis, et partisans sociopolitiques. De bouches à oreilles, on se racontait le cours des évènements dans la salle d’audience. Les esprits se surchauffaient. Les rayons solaires perdent de leur tendresse, et la chaleur devient plus imposante.
Au dehors, la foule ne dégonfle pas. Quelques usagers indiscrets du tronçon Place de souvenir-Tpi-Cnhu s’arrêtent, s’informent, et continuent leur chemin, la main à la bouche, comme si, l’atmosphère était subitement devenu invivable. En effet, à quelques encablures du Tpi, était stationné le véhicule anti-émeute de la police nationale. Quelques éléments dispersés de part et d’autres de la clôture et à l’intérieur du Tpi, portèrent un regard bien dissuasif sur les visiteurs des lieux. Bref, la sécurité est, on ne plus au top niveau.
De loin, au milieu de la foule à l’intérieur des murs du Tpi, une voix à peine audible lance : « Le procès est renvoyé au 30 janvier 2018 ». Laurent Mètognon, Jérémie Mora, Célestin Ahonon, Saliou Aboudou Youssao, Edouard Adégoké et Moussa Allassane Kemoko retournent en prison et ce, jusqu’au 30 janvier 2018, date de leur comparution, le temps de consulter la Cour Constitutionnelle sur l’exception d’inconstitutionnalité manifeste de la procédure, soulevée par la défense. Le message se répand telle une trainée de poudre. Ça grogne de toute part.
Très tôt, les mouvements d’humeurs ont pris le pas sur le sentiment de dissuasion qu’imposait l’arsenal déployé par la police national. Des paroles hostiles au régime, au procureur Togbonon et au juge Azo fusent de partout. Il sonne environ 11h30 quand des jets de pierres, de pavés sur la voie publique et des pneus furent brûlés. En réponse, des tirs de gaz lacrymogène s’ensuivent et le tronçon Place de souvenir-Tpi- Cnhu fut le théâtre d’un violent affrontement entre policiers et manifestants. Bilan : plusieurs blessés et l’arrestation de trois jeunes dont André Asse, qui seront présentés au procureur ce jeudi 21 décembre 2017. Affaire à suivre.

20-12-2017, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Portable perturbateur !
18-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Retour à la concentration maximale dans les salles de classe. Désormais interdit, le téléphone portable perturbateur laissera les enseignants (...) Lire  

Editorial : L’axe de la mort
18-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’utile réforme intellectuelle (...)
17-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Des mots pour guérir des maux
17-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Syndicalisme à l’œuvre !
16-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le parent pauvre du parlement
16-01-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2460

Audience au cabinet du président de l’Assemblée nationale : Adrien (...)
18-01-2018, Karim O. ANONRIN
Le président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji, a reçu en audience à son cabinet au Palais des gouverneurs (...)  

Échanges de vœux de nouvel an à la Cour suprême : Le président (...)
18-01-2018, Karim O. ANONRIN
Le président de la Cour suprême du Bénin, Ousmane Batoko, et ses collaborateurs ont échangé ce mercredi 17 janvier 2018, (...)  

Michel Sogbossi, Sg du Fdu à propos des grèves : « On ne peut pas (...)
18-01-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
L’Alliance des Forces démocratiques unies rompt (Fdu) le silence à propos de la crise sociale que traverse le Bénin. (...)  

Création prochaine du parti « La lumière » : Paul Kéta soutenu par (...)
18-01-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Paul Kéta peut compter sur les élus locaux pour aller à la conquête de la 6e circonscription électorale. L’opérateur (...)