Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Communication de la France vers l’Afrique : Assouka Télécom, la solution béninoise

Contrairement aux idées préconçues comme quoi appeler de la France vers les pays africains ne coute rien, téléphoner de l’hexagone vers l’Afrique représente une fortune pour les expatriés du Continent noir. Pour mettre fin à cette triste situation et partant de son expérience personnelle, un jeune ingénieur béninois en télécommunication trouve la solution en France : Assouka Telecom.

JPEG - 252.5 ko

Sur fonds personnel et à l’aide d’un prêt contracté - non sans mal - auprès d’une banque, Michaël Akpoli accompagné de deux de ses frères a pu débuter l’aventure entrepreneuriale. Pour fonctionner, Assouka Telecom, l’opérateur télécom spécialisé dans les appels vers l’Afrique, utilise le réseau d’Orange en France et celui des opérateurs africains dans chaque pays appelé. Cet opérateur propose deux offres aux particuliers. Un forfait avec sept offres différentes allant de 9,99€ (6.543 Fcfa) à 70,99€ (46.498 Fcfa) par mois, et un forfait qui permet de relier à ce jour 38 pays d’Afrique. Assouka Télécom se différencie de la concurrence sur le mode de fonctionnement des forfaits. Là où les opérateurs télécom les plus connus utilisent un système de facturation à la minute et en cartes prépayées, Assouka Telecom fonctionne comme un forfait traditionnel post payé à l’heure et facturé à la seconde. Le jeune Béninois, Michaël Akpoli, fondateur et Pdg, a de grandes ambitions pour son entreprise. De passage à Cotonou où il a été reçu par plusieurs autorités béninoises dont le président de la République Patrice Talon, l’homme s’est confié à nous dans un bref entretien….

GBM : D’où est partie l’idée de la création de Assouka Télécom ?
Michaël Akpoli : Assouka télécom est l’opérateur téléphonique que nous avons installé en France pour faciliter la communication téléphonique entre la France et l’Afrique. L’idée est partie d’un vécu quotidien. C’est une solution que nous avons apportée. Parti en France depuis quelques années pour mes études, j’ai besoin d’appeler régulièrement mes parents. Etant confronté à la dure réalité du coût trop élevé de la communication et n’ayant pas de solution simple, nette et claire pour appeler l’Afrique à moindre coût, j’ai décidé avec quelques associés qui sont mes frères, de créer cette entreprise de télécommunication qui permet d’appeler simplement, efficacement et à moindre coût, l’Afrique. Aujourd’hui, nous avons trente huit pays africains qui sont inclus dans nos offres.

GBM : Mais il est répandu ici au pays qu’appeler de la France vers l’Afrique ne coûte rien du tout…
Michel Akpoli : C’est vrai. C’est ce que tout le monde dit ici. Mais non. La communication téléphonique de la France vers l’Afrique coute énormément. Et pour preuve, appeler de l’Europe vers l’Afrique coûte jusqu’à un euro la minute. Ce qui équivaut à 655 francs Cfa.. Imaginez à combien reviennent 10 minutes de communication et combien on dépense par jour, par mois. Et parfois vous pouvez dépenser jusqu’à 250 euros par mois, rien que pour appeler uniquement l’Afrique. Nous avons des clients qui avaient des factures qui s’élevaient à plus de 500 euros par mois, ce qui équivaut à 300 mille francs Cfa le mois. Voyez vous-même ce que ça coûte d’appeler chaque fois l’Afrique.

GBM : Quels sont les autres projets de Assouka télécom ?
Michael Akpoli : Dans un premier temps, nous recherchons activement de nouveaux partenaires pour réduire les prix et proposer de nouveaux services comme l’intégration de la branche fixe, internet et télévision. Cela permettrait de souscrire à une facture unique qui regroupe fixe et mobile. L’étape suivante sera de permettre la souscription à un forfait depuis d’autre pays européens. Ensuite, relier toute l’Afrique (53 ou 54 pays) et le monde entier à la France avec des forfaits internationaux au vrai sens du mot : Asie, Afrique, Usa et bien sûr Europe.
Dans un second temps, nous ambitionnons de nous installer en Afrique, chez nous. Assouka Telecom ne compte pas se limiter aux frontières françaises ou européennes. Ses ambitions sont aussi et surtout pour l’Afrique. Au moment où les télécoms en Afrique poursuivent une courbe vertigineuse de développement mais avec des coûts assez élevés pour la population, nous comptons bien reproduire notre modèle en Afrique. L’innovation reste notre cœur de métier .Nous ne comptons pas nous limiter à la téléphonie mobile en débarquant en Afrique mais surtout développer des solutions de modems internes avec la téléphonie fixe et la télévision. Suite aux multiples remous dans le secteur des télécoms au Bénin ces derniers mois avec les dissolutions annoncées de Libercom et de Bénin Télécoms SA, nous ambitionnons nous y installer pour faire profiter les Béninois de nos solutions et expériences, car plus qu’une Start-up, Assouka Telecom apporte un réel impact pour les gens, en leur simplifiant la vie et en rendant l’éloignement moins pénible.
Source : GNIHATIN BENIN MEDIAS

29-09-2017, La rédaction


CHRONIQUES

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Il fait partie des ministres de la République dont la discrétion n’a d’égale que son efficacité. Sans tambour ni trompette, le ministre du commerce et (...) Lire  

En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La cité ministérielle : à quelles (...)
16-10-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2370

Assistance aux populations sinistrées de Sinendé, Karimama et (...)
18-10-2017, La rédaction
Suite à la descente du Ministre d’État Abdoulaye Bio Tchané dans les communes de Sinende, Karimama et Malanville et sur (...)  

En prélude au démarrage du Ravip : Le Comité de suivi monte au (...)
18-10-2017, La rédaction
Tout se met progressivement en place pour le démarrage, le 1er novembre prochain, du Recensement administratif (...)  

Œuvres sociales dans la 10ème circonscription électorale : Agoua au (...)
16-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Fidèle à ses habitudes, l’élu de la 10ème circonscription électorale, a une fois de plus partagé le vécu des populations (...)  

Supposé projet de suppression de la Cena au Parlement : Des (...)
13-10-2017, Karim O. ANONRIN
Le 28 septembre 2017, à la tribune de l’Assemblée nationale, la minorité parlementaire, par la voix du député Justin (...)