Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Déclaration du Préfet Modeste Toboula après les troubles enregistrés dans le cadre du procès Mètognon :

JPEG - 60.3 ko

« Il m’est revenu, et nous avons vécu cela en direct, qu’il y a eu des troubles à l’ordre public au niveau du Tribunal de première instance de première classe de Cotonou. Il est important de rappeler un certain nombre de dispositions de la loi en ce qui concerne le maintien de l’ordre. S’il est vrai que, les audiences sont publiques au niveau des différentes cours, au niveau du tribunal de première instance de première classe de Cotonou, elles ne peuvent pas être des occasions de troubles à l’ordre public. Et ce, dans la mesure où avec la situation qui s’est produite, imaginez un instant qu’il y ait qu’un détenu s’échappe. Est-ce que les organisateurs de ces troubles peuvent imaginer la suite ? C’est un milieu où vous avez des individus incarcérés qui sont présentés au Procureur de la République. Il y a des déferrements au quotidien. On ne peut pas faire des troubles à l’ordre public dans un milieu aussi sensible que le tribunal, ou vous avez l’existence des armes. Je voudrais vous dire et rappeler qu’il ne faut pas abuser de la bonne foi du chef de l’Etat qui veut qu’il y ait une expression plurielle. La démocratie n’est pas l’anarchie. Lorsque je suis arrivé sur le terrain, j’ai rencontré l’un des organisateurs qui m’avait signifié qu’ils voulaient marcher du tribunal à la bourse du travail. Alors que nous savons tous qu’une marche publique est sujette à un registre de déclaration. L’autorité administrative doit obligatoirement en être informée. On ne décrète pas sur le terrain une marche. C’est totalement illégal. J’en appelle donc à tous les chefs des partis politiques, à toutes les organisations de la Société civile, à tous ceux qui voudront démocratiquement exprimer leur opinion qu’il y a effectivement de la liberté d’expression mais, il n’aura jamais l’anarchie. Il me semble que cette clarification est la dernière que nous ferons, parce que les troubles à l’ordre public sont des délits punis par la loi et nous pensons que la prochaine fois, qu’on ne nous traitera pas de tous les noms. On appliquera la loi dans sa dernière rigueur ».

20-12-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU


CHRONIQUES

En vérité : Portable perturbateur !
18-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Retour à la concentration maximale dans les salles de classe. Désormais interdit, le téléphone portable perturbateur laissera les enseignants (...) Lire  

Editorial : L’axe de la mort
18-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’utile réforme intellectuelle (...)
17-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Des mots pour guérir des maux
17-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Syndicalisme à l’œuvre !
16-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le parent pauvre du parlement
16-01-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2460

Audience au cabinet du président de l’Assemblée nationale : Adrien (...)
18-01-2018, Karim O. ANONRIN
Le président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji, a reçu en audience à son cabinet au Palais des gouverneurs (...)  

Échanges de vœux de nouvel an à la Cour suprême : Le président (...)
18-01-2018, Karim O. ANONRIN
Le président de la Cour suprême du Bénin, Ousmane Batoko, et ses collaborateurs ont échangé ce mercredi 17 janvier 2018, (...)  

Michel Sogbossi, Sg du Fdu à propos des grèves : « On ne peut pas (...)
18-01-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
L’Alliance des Forces démocratiques unies rompt (Fdu) le silence à propos de la crise sociale que traverse le Bénin. (...)  

Création prochaine du parti « La lumière » : Paul Kéta soutenu par (...)
18-01-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Paul Kéta peut compter sur les élus locaux pour aller à la conquête de la 6e circonscription électorale. L’opérateur (...)