Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Déclaration du Préfet Modeste Toboula après les troubles enregistrés dans le cadre du procès Mètognon :

JPEG - 60.3 ko

« Il m’est revenu, et nous avons vécu cela en direct, qu’il y a eu des troubles à l’ordre public au niveau du Tribunal de première instance de première classe de Cotonou. Il est important de rappeler un certain nombre de dispositions de la loi en ce qui concerne le maintien de l’ordre. S’il est vrai que, les audiences sont publiques au niveau des différentes cours, au niveau du tribunal de première instance de première classe de Cotonou, elles ne peuvent pas être des occasions de troubles à l’ordre public. Et ce, dans la mesure où avec la situation qui s’est produite, imaginez un instant qu’il y ait qu’un détenu s’échappe. Est-ce que les organisateurs de ces troubles peuvent imaginer la suite ? C’est un milieu où vous avez des individus incarcérés qui sont présentés au Procureur de la République. Il y a des déferrements au quotidien. On ne peut pas faire des troubles à l’ordre public dans un milieu aussi sensible que le tribunal, ou vous avez l’existence des armes. Je voudrais vous dire et rappeler qu’il ne faut pas abuser de la bonne foi du chef de l’Etat qui veut qu’il y ait une expression plurielle. La démocratie n’est pas l’anarchie. Lorsque je suis arrivé sur le terrain, j’ai rencontré l’un des organisateurs qui m’avait signifié qu’ils voulaient marcher du tribunal à la bourse du travail. Alors que nous savons tous qu’une marche publique est sujette à un registre de déclaration. L’autorité administrative doit obligatoirement en être informée. On ne décrète pas sur le terrain une marche. C’est totalement illégal. J’en appelle donc à tous les chefs des partis politiques, à toutes les organisations de la Société civile, à tous ceux qui voudront démocratiquement exprimer leur opinion qu’il y a effectivement de la liberté d’expression mais, il n’aura jamais l’anarchie. Il me semble que cette clarification est la dernière que nous ferons, parce que les troubles à l’ordre public sont des délits punis par la loi et nous pensons que la prochaine fois, qu’on ne nous traitera pas de tous les noms. On appliquera la loi dans sa dernière rigueur ».

20-12-2017, Fulbert ADJIMEHOSSOU


CHRONIQUES

En vérité : Les nouveaux chantiers de la Cour
18-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
L’effet de contagion est manifeste. Comme Patrice Talon à la tête de l’Etat, Joseph Djogbénou place sa présidence à la Cour constitutionnelle sous le (...) Lire  

Editorial : Révisions en plein Mondial (...)
14-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’enjeu du code électoral
14-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Code électoral à peaufiner (...)
12-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les indésirables sacs plastiques
12-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les merveilles du coton
11-06-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2700

Aké Natondé sur le toilettage du Code électoral : « Nous prévoyons (...)
18-06-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Le débat est ouvert sur le toilettage du code électoral, avec des propositions de toutes sortes de la part des (...)  

réforme du code électoral : Guy Mitokpè et Jean-Michel Abimbola (...)
18-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Représentant chacun un bloc politique, Guy Mitokpè et Jean-Michel Abimbola livrent leurs attentes sur le projet de la (...)  

L’Union fait la nation s’agrandit : L’ancien maire d’Adja Ouèrè (...)
18-06-2018, Arnaud DOUMANHOUN
L’ex maire de la Commune d’Adja Ouèrè, Djiman Fachola a rejoint la barque : « Union fait la Nation » avec son creuset (...)  

Entretien avec, Moukaram BADAROU président du parti Conscience (...)
14-06-2018, Karim O. ANONRIN
Ancien Préfet des départements de l’Ouémé et du Plateau sous le régime du président Boni Yayi, président du parti (...)