Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Fin de la crise au PSD, quel avenir politique pour Emmanuel Golou ?

JPEG - 71.9 ko

Le Tribunal de première instance de première classe de Cotonou, a enfin rendu son verdict dans la crise qui secoue le PSD. Après maints reports, la justice vient de donner raison au camp Ebo. Désormais l’aile Amoussou contrôle le PSD et oblige Emmanuel Golou à reconsidérer son avenir politique.
C’est Clement EBO qui est reconnu comme seul président du PSD. Ainsi en a décidé le tribunal de Cotonou. Isolé déjà depuis l’organisation du congrès du parti , Emmanuel Golou perd donc définitivement la face dans ce procès qui aura duré plus d’un an. En effet , tout a commencé après que les trois vice-présidents du parti, ont saisi l’ex Président par exploit d’huissier, lui rappelant la mise en œuvre des décisions du Bureau politique National, à l’issue de la rencontre du 23 Février 2017 .
L’Aile Amoussou qui dénonçait la gestion approximative du parti par Emmanuel Golou reprochait a ce dernier, la prise de décisions hasardeuses et solitaires. La suspension des présidents de fédérations du parti dans trois départements, à savoir le Couffo, le Littoral et L’Ouémé a été la goutte d’eau qui a débordé le vase. Une mesure unilatérale, selon un proche du parti, qui souligne que Emmanuel Golou a méprisé les statuts du PSD, et trafiqué les textes. Les membres du Bureau ont donc organisé un nouveau congrès autorisé par la justice et choisi un nouveau président. Quelques mois plus tard, la justice donne enfin raison à l’aile Ebo et scelle le sort de Emmanuel Golou.
Véritable ovni politique, le président déchu du PSD devra voler de ses propres ailes. Après avoir surfé sur la popularité de Bruno Amoussou , Emmanuel Golou va devoir se battre dans l’arène politique à quelques mois d’une élection capitale. Sans parti politique et entouré de quelques amis , il aura fort à faire dans une région ou Bruno Amoussou règne toujours en maître. Après ses choix hasardeux en 2016 à la veille de la présidentielle, ou il a fait l’option de soutenir Sébastien Ajavon contre la volonté d’une partie du bureau politique du PSD, il devra déterminer son avenir. Son éjection du PSD , annonce déjà peut être la fin sa carrière politique internationale au sein de l’Internationale socialiste.

4-09-2018, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Semaine décisive pour les candidats
18-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Pour eux, c’est la délivrance. Pendant que plusieurs candidats attendus aux prochaines élections législatives ne savent pas à quel saint se vouer (...) Lire  

En vérité : Sourire XXL chez les fonctionnaires
14-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil (...)
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction
chronique culturelle : Retour à l’écriture
14-02-2019, La rédaction
En vérité : L’article 242 selon la Cena
13-02-2019, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 3090

Conformité des dossiers de déclaration des partis politiques à la (...)
15-02-2019, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Tous les 10 partis politiques ayant enclenché le processus de conformité à la charte des partis politiques en (...)  

Poursuite des mesures sociales sous le Nouveau départ : 3 (...)
14-02-2019, Isac A. YAÏ
Signaux au vert. Les fonctionnaires sont à l’honneur. La gouvernance est une continuité, et Patrice Talon se veut (...)  

Législative 2019 : La Cena éclaire les partis sur l’application de (...)
13-02-2019, Arnaud DOUMANHOUN, Isac A. YAÏ
Le brouillard se dissipe. Les partis politiques sont fixés. Chargée de la publication des grandes tendances des (...)  

Echanges à la Cena : Les préoccupations des partis à 8 jours du (...)
13-02-2019, Arnaud DOUMANHOUN
Inquiets. Les nerfs sont tendus. Les visages loin d’être sereins. La rencontre initiée par la Commission électorale (...)