Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Loi sur le Partenariat public-privé : Le gouvernement viole la Constitution

JPEG - 258.6 ko

Le gouvernement ‘’a méconnu’’ une nouvelle fois la Constitution ! Tel est le verdict de la cour constitutionnelle qui, saisie, le 22 novembre 2016, d’un recours du sieur Nestor Noudoho, en inconstitutionnalité de la loi n°2016-24 portant cadre juridique du Partenariat public-privé (Ppp), et après mesure d’instruction à l’endroit du président de la République, a statué le 23 février 2017. Dans sa décision Dcc 17-039, la Cour déclare que ladite loi votée le 11 octobre 2016 par l’Assemblée nationale et promulguée le 24 octobre 2016 ne peut être en l’état mise en application. En effet, le requérant a demandé à la Cour de déclarer contraire à la Constitution, la loi portant cadre juridique du Ppp, en raison, d’une part, des nombreuses insuffisances qui portent atteinte aux principes communautaires de la commande publique et créent ainsi une insécurité, d’autre part, du défaut de contrôle de constitutionnalité de ladite loi avant sa promulgation. Mais les sages de la Cour ne statueront que sur le second volet de sa requête. Car, aux termes des articles 117, 121 et 124 de la Constitution : ‘’la Cour constitutionnelle statue obligatoirement sur la constitutionnalité des lois organiques et des lois en général avant leur promulgation… Une disposition déclarée inconstitutionnelle ne peut être promulguée ni mise en application’’. Il ressort donc que cette formalité (le contrôle) n’est pas facultative et doit être accomplie, soit par le président de la République, soit un membre de l’Assemblée nationale. Or, selon l’analyse du recours, la loi n°2016-24 portant cadre juridique du Partenariat public-privé votée le 11 octobre 2016 par l’Assemblée nationale a été promulguée le 24 octobre 2016 sans que le Président de la République l’ait soumise préalablement à la Cour constitutionnelle pour contrôle de sa conformité à la Constitution. « En s’abstenant de saisir la Cour pour ledit contrôle, le Président de la République a méconnu les articles 117 et 121 de la Constitution », telle est la sentence de la Cour.

3-03-2017, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En toute sincérit : Statut WhatsApp !
14-12-2018, Naguib ALAGBE
A quoi ça sert ? Telle était la question. Et, tous furent pris de court, cherchant en vain. Pourtant, chacun en usait et en abusait. Et si on (...) Lire  

En vérité : Le combat contre la saleté
13-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Que mijote l’opposition ?
12-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Progressistes et républicains : les (...)
11-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Hélas…encore Lassa !
10-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Bloc républicain : une réalité
10-12-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | ... | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | 270 | 300 | 330 | 360 | ... | 3000

Dialogue social : Talon rencontre les centrales syndicales (...)
14-12-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Une séance de vérité, et sans doute de conciliabules entre le Chef de l’Etat et les partenaires sociaux. Dans un (...)  

Financement de la santé, dividende démographique et politiques de (...)
14-12-2018, La rédaction
Du 17 au 19 décembre, des députés en provenance des pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (...)  

Coopération bilatérale : La Suisse débloque 5,8 milliards pour le (...)
14-12-2018, Arnaud DOUMANHOUN
Le ministre des affaires étrangères, Aurélien Agbénonci et le Directeur résident suppléant, Benoît Meyer-Bisch ont signé (...)  

Pollution atmosphérique : Un décret fixant les normes de qualité de (...)
13-12-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
L’air et la santé humaine. Professeurs d’universités et autres chercheurs sont conviés à l’Infosec par le ministère du (...)