Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Lutte contre l’insécurité dès le 1er janvier 2017 : La nouvelle carte sécuritaire

JPEG - 264.6 ko

La sécurité au cœur de la rupture ! Le chef de l’Etat et son équipe mûrissent davantage les réflexions pour doter le Bénin d’une carte sécuritaire performante, capable d’apporter une réponse pérenne aux assauts des divorcés sociaux. La nouvelle décision qui sera mise en œuvre dès le 1er janvier 2017 est relative à l’application effective du décret 2000 portant délimitation des zones de compétences de la police et de la gendarmerie. La rupture a dépoussiéré ce texte de loi longtemps resté dans les tiroirs, pour en sortir une nouvelle carte sécuritaire. Conformément à ce décret, les gendarmes ne seront plus autorisés à officier dans les villes à statut particulier et les chefs-lieux de départements à partir du 1er janvier 2017. Toutefois, quelques unités spécialisées de gendarmerie seront acceptées pour assurer d’éventuels soit transmis du procureur de la République ou de la police judiciaire. Mais la surveillance des carrefours et autres interventions pour le maintien de l’ordre seront exclusivement de la compétence de la police nationale dans ces villes à statut particulier et dans les chefs-lieux de départements. Et tous les commissariats centraux ou d’arrondissements installés en violation des dispositions du décret 2000 seront fermés.
En effet, les gendarmes seront désormais les seuls maîtres du terrain dans les communes ordinaires ou n’abritant pas un chef-lieu de département. Ainsi, Ouidah, Abomey-Calavi, Bohicon, Savalou et autres, sont placées sous le contrôle des gendarmes et disposeront uniquement d’un commissariat de police. Les commissariats centraux et d’arrondissements installés sur ces territoires seront fermés. Le gouvernement entend aussi fermer une soixantaine de postes de police avancés à l’instar de celui de Tchaourou. Et la sécurisation des institutions financières est retirée aux policiers et remise aux mains des militaires. C’est donc clair que la question sécuritaire est inscrite au titre des priorités par le gouvernement de la rupture. En plus du renforcement des équipements des forces de sécurité, de leur dotation financière, Patrice Talon et son équipe pensent à une nouvelle stratégie pour quadriller le pays en matière sécuritaire.

26-12-2016, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En toute sincérité : La dot est tout !
19-01-2018, Naguib ALAGBE
Et si on partageait nos expériences ? La conviction récente du chroniqueur là-dessus, est que jamais et au grand jamais, la dot ne devrait (...) Lire  

En vérité : Portable perturbateur !
18-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : L’axe de la mort
18-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : L’utile réforme intellectuelle (...)
17-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Des mots pour guérir des maux
17-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Syndicalisme à l’œuvre !
16-01-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2490

Pour que le Port de Cotonou retrouve ses lettres de noblesse : « (...)
19-01-2018, La rédaction
« Le Port a englouti trop de milliards, les milliards des contribuables, les milliards du Millenium challenge (...)  

Polémique autour du retrait du droit de grève : La Cour revient à (...)
19-01-2018, Arnaud DOUMANHOUN
La Cour Holo a tranché hier la question relative au retrait du droit de grève à certains corps de l’administration (...)  

Grève dans le secteur de l’éducation : Dakpè Sossou invite les (...)
19-01-2018, La rédaction
Le député de la 18e circonscription électorale, Dakpè Sossou, n’est pas resté insensible aux débrayages dans le monde de (...)  

Audience au cabinet du président de l’Assemblée nationale : Adrien (...)
18-01-2018, Karim O. ANONRIN
Le président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji, a reçu en audience à son cabinet au Palais des gouverneurs (...)