Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Mathias Hounkpè : « les nouvelles cautions sont inutilement élevées »

JPEG - 39.1 ko

Le politologue béninois Mathias Hounkpè est l’invité de Zone Franche ce dimanche 12 août 2018. Sur le plateau de nos confrères de la télévision Canal3, il s’est prononcé sur l’augmentation des cautions à verser par les candidats aux élections présidentielles et législatives
« Je pense que c’est trop élevé, inutilement élevé ». C’est la position du politologue Mathias Hounkpè sur l’augmentation des cautions pour les candidatures aux élections présidentielles et législatives au Bénin.
Le politologue béninois l’a fait savoir ce dimanche 12 août 2018 sur l’émission Zone Franche de la télévision Canal3 Bénin. Face aux journalistes, Mathias Hounkpè s’est prononcé sur les réformes politiques en cours au Bénin. Au menu, la configuration politique au parlement, la réforme du système partisan et du code électoral, entre autres. La proposition de loi portant code électoral, adoptée par la commission des lois mardi 07 août contient de nombreuses innovations. En attendant la programmation du texte en plénière pour examen et adoption par l’ensemble des députés, certaines dispositions font débat. Le texte fait passer les cautions à verser par les candidats à l’élection présidentielle de 15 millions à 250 millions. Pour les législatives, la caution passe de 8,3 millions à 200 millions par liste de candidats.
« Il ne faut pas conditionner la candidature d’un citoyen par sa capacité financière. C’est extrêmement dangereux pour notre démocratie », soutient Mathias Hounkpè. Le politologue trouve pertinentes les réformes visant à rationaliser le paysage politique. Mais il estime qu’il faudra faire en sorte que les candidats soient élus sur la base de leurs « capacités morales et techniques » à accomplir leur mission et non sur la base de leurs capacités financières. Le risque des cautions faramineuses, a-t-il insisté, est qu’ « une bonne masse de citoyens ne pourra postuler », pour les élections. « Lorsque, dans la charte, vous prévoyez des dispositions pour réduire le nombre de partis politiques, vous ne pouvez pas fixer une caution si élevée, avance Mathias Hounkpè. Il faut que nous cherchions de vraies solutions aux problèmes que nous avons au lieu d’aggraver nos faiblesses ».

13-08-2018, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : Ganvié, de l’ombre à la lumière
19-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Elle est en passe de mériter ce qualificatif. Baptisée pompeusement sous le vocable de « Venise de l’Afrique », la cité lacustre de Ganvié est restée (...) Lire  

Editorial : Energie : Prestation tendance (...)
19-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Semaine décisive pour les candidats
18-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Sourire XXL chez les fonctionnaires
14-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil (...)
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 3090

Législatives d’avril 2019 :La Céna dévoile les modalités de (...)
19-02-2019, Fulbert ADJIMEHOSSOU
A 72 heures du démarrage de la réception des dossiers de candidature à l’élection du 28 avril 2019, la Commission (...)  

Ecouté hier par la brigade financière : Modeste Toboula convoqué (...)
19-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Il a passé toute la journée d’hier à la brigade financière. Ecouté dans une affaire domaniale, le préfet du Littoral a (...)  

Assemblée nationale : La deuxième session extraordinaire renvoyée (...)
19-02-2019, Karim O. ANONRIN
La deuxième session extraordinaire de l’Assemblée nationale convoquée pour hier 18 février 2019 n’a pu être ouverte (...)  

Promotion de la bonne gouvernance : Social Watch engagée pour la (...)
19-02-2019, Adrien TCHOMAKOU
Dans son combat pour la promotion de la bonne gouvernance, Social Watch Bénin se fixe un autre défi à relever : celui (...)