Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Pour défaut d’autorisation : Plusieurs établissements supérieurs privés bientôt fermés

JPEG - 380.3 ko

Odile Attanasso siffle la fin de la récréation dans le secteur de l’enseignement supérieur privé. Les promoteurs indélicats, qui depuis des lustres, ont trouvé refuge dans l’illégalité, se verront bientôt sortis du secteur, à moins de se conformer aux textes en vigueur. L’habitude est devenue la règle. Un siège construit à Cotonou ou ailleurs, et le promoteur de l’établissement privé d’enseignement supérieur peut le démultiplier sur l’ensemble du territoire national, sans au préalable requérir une autorisation formelle de l’autorité de tutelle. Et telle une tâche d’huile, ces bâtis qui abritent des étudiants, sont répandus dans presque toutes les villes du Bénin. Les normes de construction sont foulées au pied et puisque l’Etat n’était pas associé à cette entreprise, le désordre avait droit de cité. Mais autres temps, autres mœurs. Sous le Nouveau départ, tout passe au scanner. La rupture n’épargne aucun secteur, et celui de l’enseignement supérieur privé ne fera pas exception. Visiblement, la ministre Odile Attanasso ne connait autre langage que celui de la fermeté. Elle a prévenu, et les promoteurs d’établissement savent à quoi s’en tenir. Ils ont intérêt. La création de toute annexe est subordonnée à une autorisation. Ceux qui sont dans l’illégalité doivent se régulariser. Autrement, ils subiront la rigueur de la loi.
Mais, la ministre de l’enseignement supérieur ira plus loin. Ces établissements qui ne disposent pas, en leur sein, d’enseignants qualifiés ont aussi des soucis à se faire. Et au nombre des nouvelles réformes, on retient que le Bts ne sera plus un examen national mais, en lieu et place, l’Etat organisera désormais la Licence. Plus de co-signature à partir de l’année universitaire 2016-2017. La dynamisation du Conseil national de l’éducation est également au cœur des changements attendues pour redorer le blason du système éducatif au Bénin.

20-01-2017, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

Editorial : Plaidoyer pour les journées de salubrité
23-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
Disons-le sans détour. La ville de Cotonou a besoin d’un bon coup de balai. L’insalubrité qui y règne et à laquelle s’accommodent les habitants de (...) Lire  

En vérité : Fausse route pour l’Unamab !
23-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Républicaine posture !
22-03-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Un projet avorté ?
22-03-2017, Moïse DOSSOUMOU
Transversal : Nécessité d’une Dtn
22-03-2017, Ambroise ZINSOU
Editorial : Les députés face à l’histoire
20-03-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2010

Révision de la Constitution : Lettre ouverte du politologue Juste (...)
23-03-2017, La rédaction
Manhattan, le 20 mars 2017. Juste Codjo Politologue Kansas State University Manhattan, KS, U SA Email : (...)  

Patrice Talon face aux Béninois ce soir : « Nous ne pouvons plus (...)
23-03-2017, Naguib ALAGBE
Moment ultime et peut-être décisif ! La main sur le cœur, le chef de l’Etat sera face à son peuple. Il n’a plus d’autre (...)  

Projet de loi portant Révision de la Constitution : L’Unamab (...)
23-03-2017, La rédaction
‘’Le projet soumis aux parlementaires consolide fortement les pouvoirs du président de la République déjà exorbitants (...)  

Session extraordinaire pour la révision de la Constitution : Ce (...)
22-03-2017, Arnaud DOUMANHOUN
Le suspense reste entier quant à l’issue que peut connaître la demande formulée par le chef de l’Etat de voir étudier (...)