Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Réaction de Me Orounla au sujet de l’affaire Banamè : « Le dieu de Banamè jouit de sa liberté d’aller et de venir »

JPEG - 268.6 ko

Prenant une allure suicidaire pour la paix, la polémique liée à une supposée convocation et fuite de Parfaite, le dieu de Banamè enfle au point de faire réagir Me Alain Orounla. Face aux hommes des médias hier, le démenti de l’avocat conseil des responsables de ladite église est formel. « A l’heure actuelle, l’avocat conseil que je suis n’a pas connaissance de l’existence d’un mandat d’arrêt. L’existence de ce mandat ne serait pas apparue dans les réseaux sociaux sans que cela ne soit porté à notre connaissance », a-t-il martelé.
Une fois la rumeur persistante qui agite l’opinion publique depuis quelques jours démentie, l’avocat a tenu à faire certaines clarifications notamment à propos de la supposée fuite de la hiérarchie de la mission de Banamè. « Le fait d’user de sa liberté d’aller et de venir ne signifie pas qu’il y a fuite. Personne ne fuit. Il faut que cette vilenie soit vite arrêtée. Les personnes traquées sur les réseaux sociaux à dessein jouissent de leur liberté constitutionnelle d’aller et de venir », précise Me Orounla.
Clarifications
L’avocat conseil peine à expliquer les raisons de cette cabale visant à ternir l’image de cette confession religieuse qui draine, dit-il, environ 5 millions de fidèles dans le monde dont 3 millions au Bénin. Et de ses nombreuses hypothèses émises à l’occasion, il voit dans cette affaire née du décès, en janvier 2017, de quelques fidèles une volonté d’en découdre avec une catégorie de citoyens. A cet effet, Me Orounla clarifie : « L’église a recommandé aux fidèles une neuvaine. Au dernier jour, ils devraient allumer des bougies et encens. 4 fidèles sont morts dans une localité. Les responsables partagent cette disparition que personne n’a voulue. De là, à rendre fautive la hiérarchie de Banamè est un pas que la justice n’a pas franchi et ne franchira pas. Aucune instruction n’a été donnée pour que quelqu’un se donne la mort ».
Me Orounla appelle les populations à laisser la justice travailler sereinement, à partir du moment où le même rituel a été fait dans plusieurs autres localités par de milliers de fidèles sans qu’il n’y ait eu de mort. « Il ne faut pas dénaturer les choses, et s’amuser avec la foi des autres. Toucher à un point aussi sensible est une menace à la paix », avertit l’avocat conseil, pour qui « Dieu est unique et il ne revient pas aux hommes de régler les problèmes de Dieu ».
Fulbert ADJIMEHOSSOU

28-09-2017, La rédaction


CHRONIQUES

Editorial : Les boulangeries à la barre
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Il fait partie des ministres de la République dont la discrétion n’a d’égale que son efficacité. Sans tambour ni trompette, le ministre du commerce et (...) Lire  

En vérité : Chasse aux débiteurs !
18-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le décret de toutes les polémiques
18-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Etudes sous conditions !
17-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Mission délicate au Togo !
16-10-2017, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : La cité ministérielle : à quelles (...)
16-10-2017, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2370

Assistance aux populations sinistrées de Sinendé, Karimama et (...)
18-10-2017, La rédaction
Suite à la descente du Ministre d’État Abdoulaye Bio Tchané dans les communes de Sinende, Karimama et Malanville et sur (...)  

En prélude au démarrage du Ravip : Le Comité de suivi monte au (...)
18-10-2017, La rédaction
Tout se met progressivement en place pour le démarrage, le 1er novembre prochain, du Recensement administratif (...)  

Œuvres sociales dans la 10ème circonscription électorale : Agoua au (...)
16-10-2017, Moïse DOSSOUMOU
Fidèle à ses habitudes, l’élu de la 10ème circonscription électorale, a une fois de plus partagé le vécu des populations (...)  

Supposé projet de suppression de la Cena au Parlement : Des (...)
13-10-2017, Karim O. ANONRIN
Le 28 septembre 2017, à la tribune de l’Assemblée nationale, la minorité parlementaire, par la voix du député Justin (...)