Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Arrêtés au cours des mouvements de débrayages à l’Uac : Le Président de la Fneb et ses 37 co-détenus relâchés

Les 37 étudiants arrêtés au cours des échauffourées du vendredi dernier en plus du Président de la Fédération nationale des étudiants du Bénin (Fneb) Alimi Gounou sont désormais libres de leurs mouvements. Ils ont été relâchés hier à l’issue de leur présentation au Procureur de la République près le tribunal d’Abomey-Calavi. « Je voudrais d’entrée de jeu, au nom de tous, dire un grand merci à vous qui, de jour comme de nuit, nous avez accompagnés à travers tous les moyens possibles. Je voudrais aussi dire merci à ceux-là qui ont bien pu porter plainte contre nous parce qu’en réalité, ça a été une opportunité qu’on nous a donnée », a laissé entendre le Président Alimi Gounou, à l’endroit de ses pairs mobilisés au tribunal pour les soutenir.
Entre autres griefs portés contre les étudiants arrêtés, il y a les actes de casse, de vandalisme, et de destruction des infrastructures. Face à ces actes, le Procureur de la République a conseillé aux étudiants de faire désormais la lutte autrement. « Des conseils avisés ont été donnés à vos responsables et à certains de vos camarades qui s’y trouvaient. Et je crois que fermement, l’engagement doit être pris pour que bien que vos luttes soient légitimes, elles puissent être menées autrement, pour éviter des comportements qui soient de nature à fragiliser vos mouvements et à vous décrédibiliser auprès des autorités », a-t-il déclaré. La défense des étudiants détenus a été assurée par Me Bah Parapé qui n’a pas aussi manqué de prodiguer des conseils à ses clients en vue d’une lutte pacifique sur les campus. « Si nous sommes là, c’est que nous sommes convaincus que votre cause est juste. C’est pour les meilleures conditions d’études, c’est pour accéder au savoir universel. Ce que nous avons déploré simplement, c’est les actes de destructions qu’il y a eus. Notre conseil, c’est d’éviter les actes de casses, qui retardent le combat, qui ne nous apportent pas l’énergie, le capital de sympathie qu’il faut ». Les engagements pris, les étudiants détenus sont rentrés chez eux dans l’espoir que les actes de violences n’aient plus cours sur les campus.
Arnaud SOGADJI (Coll.)

9-03-2018, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : Sauver Cotonou du drame d’Abidjan
22-06-2018, Isac A. YAÏ
La ville est plongée dans le deuil. Abidjan, la belle, pleure ses morts. Cette cité cosmopolite a troqué son charme contre les affres des pluies (...) Lire  

En vérité : A l’heure des réformes électorales
20-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les nouveaux chantiers de la (...)
18-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Révisions en plein Mondial (...)
14-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’enjeu du code électoral
14-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Code électoral à peaufiner (...)
12-06-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2580

Affaire Cnss-Bibe : Le procès de Mètognon reporté au 27 juin (...)
20-06-2018, La rédaction
Le syndicaliste Laurent Mètognon et ses coaccusés retournent pour quelques jours encore en prison. C’est la (...)  

Autorité nationale de lutte contre la corruption : Les journées (...)
20-06-2018, La rédaction
Le président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc), Jean Baptiste Elias a tenu une rencontre (...)  

Leadership et engagement : Le Nimd offre une plate-forme de (...)
20-06-2018, La rédaction
Permettre aux jeunes d’acquérir les stratégies adéquates pour, d’une part, bénéficier de la confiance de leurs (...)  

Assainissement du secteur de la microfinance : Toboula se prépare (...)
20-06-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Nul n’a le droit d’exercer une activité de microfinance sans disposer d’un agrément. C’est un principe auquel le Préfet (...)