Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Déclaration de la hiérarchie policière : « Fausse alerte, aucun expatrié Européen n’est enlevé au Bénin, »

Il n’y a pas eu enlèvement d’expatrié européen en République du Bénin. C’est une fausse alerte. Les responsables de la police nationale l’ont confirmé après une enquête approfondie qui s’est soldée par le démantèlement d’un réseau d’escrocs. Tous de nationalité béninoise, ils sont au nombre de six individus dont une femme à semer la terreur la semaine dernière. Ils ont réussi à escroquer plusieurs milliers d’euros à leur victime, une ressortissante européenne. Mais ils ne sont pas restés longtemps libres pour jouir des fruits de leur forfait. Car, sur instructions de la hiérarchie policière, les responsables de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (Dcpj) ont mis la main sur ces individus qui ont été présentés au procureur de la République et mis en détention préventive.

Les faits
Selon nos recoupements, il s’agit d’un réseau de six individus qui ont réussi à soutirer 3200 euros à leur victime. Dans leur mode opératoire, un membre du réseau qui s’est fait passer pour un blanc à la recherche d’une âme-sœur (épouse), a créé un faux profil sur un site de rencontre et a ciblé la victime. Au fil des jours, le faux profil faisait comprendre à la victime qu’il est en mission au Bénin et comme la mission se prolongeait, qu’il n’a plus les moyens de se payer les frais d’hôtel. Sur le coup, la victime qui pensait déjà avoir trouvé un mari ne s’est pas fait prier pour envoyer de l’argent à son supposé mari-virtuel. C’est ainsi que de combine en combine, ces escrocs ont commencé par réclamer de plus en plus d’argent à leur pigeon. Au bout d’un certain temps, ces cybercriminels ont décidé d’avoir plus gros que les centaines d’euros qu’ils soutiraient à la victime. Sur ce, ils ont élaboré une nouvelle combine et ont appelé la victime pour l’escroquer.
Dans le dessein de réussir leur nouveau coup, un membre du réseau, s’est fait passer pour un commissaire de police et a appelé la victime. Au bout du fil, il expliquait à cette dernière qu’un ressortissant européen (dont nous taisons la nationalité) en séjour au Bénin, a commis une fraude douanière et a été arrêté et gardé dans un commissariat au Bénin. Et qu’au cours de son audition, l’expatrié a donné le nom de la dame comme personne à contacter en cas d’urgence. Et qu’il faudrait envoyer plusieurs milliers d’euros afin de sauver son mari virtuel de cette situation. Prise de panique et n’ayant aucune précision sur le lieu de détention du supposé ressortissant européen, la victime qui a fini par croire à un enlèvement de son mari virtuel, a dû se référer aux services compétents de son pays d’origine, pour signaler un cas d’enlèvement. La gravité avec laquelle la victime a expliqué la situation, a amené les responsables de son pays d’origine (nous taisons le nom du pays) à prendre attaches avec les autorités béninoises aux fins d’obtenir la libération de leur ressortissant. Ainsi saisies, les autorités béninoises ont mis en branle tous les services de recherche et de renseignements afin de mener l’opération qui a abouti à l’arrestation des six escrocs qui sont actuellement entre les mains de la justice.
Il convient de préciser que cette opération qui a permis de mettre hors d’état de nuire ces escrocs, a été menée de mains de maître par le commissaire de police Adégnika Adétayo, Chef de la sous-direction criminelle de la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj), sous la Coordination de son supérieur hiérarchique le Commissaire de police divisionnaire Urbain Lalou, Responsable de la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj).
Richard AKOTCHAYE (Coll)

19-06-2017, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : L’inaltérable Yayi
12-02-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2400

Entretien avec Rémi Tamègnon, Docteur en économie des transports « (...)
22-02-2018, Isac A. YAÏ
Docteur en Economie des Transports à l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) et Expert agréé en Economie des Transports et (...)  

Atelier de formation : 2A2Bj partage ses expériences avec la (...)
21-02-2018, Isac A. YAÏ
L’Amicale des anciens bénéficiaires des bourses japonaises (2A2Bj) a organisé au Carder d’Abomey-Calavi un atelier de (...)  

Construction du centre hospitalier Toviklin-Lalo-Dogbo : Dr (...)
21-02-2018, La rédaction
Tout est fin prêt pour la mise en service du centre hospitalier Toviklin-Lalo-Dogbo. A travers cet entretien, le (...)  

Respect de la décision de la Cour constitutionnelle : Les Osc (...)
21-02-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Les organisations de la société civile s’inquiètent du retard dans la désignation et l’installation du Cos-Lépi. A (...)