Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Décrispation de la situation sociale Les magistrats montrent la voie à suivre

JPEG - 67.1 ko

La genèse de l’endurcissement des mouvements de grève dans divers secteurs de la vie socio-économique nous renvoie indubitablement vers la question du retrait du droit de grève aux personnels de la santé, de la justice, de sécurité et aux magistrats, contenue dans la loi n°2017-43 modifiant et complétant la loi n°2015-18 du 13 juillet 2017 portant statut général de la Fonction publique votée par l’Assemblée nationale le 28 décembre 2017, et la loi n°2018-01 portant statut de la magistrature en République du Bénin votée par l’Assemblée nationale le 04 janvier 2018.
C’est dire que la montée en flèche de la tension sociale est essentiellement due à la suppression de l’exercice de ce droit, et non pas aux revendications d’ordre corporatiste, qui ont déjà fait l’objet de négociations pour la plupart, parfois même avec le président Patrice Talon, et assorties d’un échéancier convenu entre les parties. Ceci est d’autant plus vrai qu’à l’ouverture hier des négociations gouvernement-partenaires sociaux à l’Infosec de Cotonou, le premier point à l’ordre du jour est relatif à la question des libertés.
Pourquoi donc maintenir le mot d’ordre de grève pendant que le dialogue est ouvert, et que la Cour constitutionnelle a résolu l’essentiel de la question en déclarant contraires à la Constitution les dispositions querellées de la loi portant statut général de la Fonction publique et celles des nouveaux statuts de la magistrature relatives au retrait du droit de grève. La logique recommanderait que les centrales syndicales emboitent le pas aux magistrats en levant leur motion de grève, tout en poursuivant le dialogue pour la satisfaction des revendications. Il urge que l’Etat reprenne vie.

31-01-2018, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Plus de bruit, pas de résistance. Mieux, à Glo-Djigbé, les chèques d’indemnisation des propriétaires terriens situés, dans l’emprise du prochain (...) Lire  

Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En toute sincérité : Infidèle sans conscience (...)
16-02-2018, Naguib ALAGBE
Editorial : Le Fonds culturel sous un nouveau (...)
15-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : L’inaltérable Yayi
12-02-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2400

Atelier de formation : 2A2Bj partage ses expériences avec la (...)
21-02-2018, Isac A. YAÏ
L’Amicale des anciens bénéficiaires des bourses japonaises (2A2Bj) a organisé au Carder d’Abomey-Calavi un atelier de (...)  

Construction du centre hospitalier Toviklin-Lalo-Dogbo : Dr (...)
21-02-2018, La rédaction
Tout est fin prêt pour la mise en service du centre hospitalier Toviklin-Lalo-Dogbo. A travers cet entretien, le (...)  

Respect de la décision de la Cour constitutionnelle : Les Osc (...)
21-02-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Les organisations de la société civile s’inquiètent du retard dans la désignation et l’installation du Cos-Lépi. A (...)  

Rebondissement dans le dossier faux médicaments : Mandat de dépôt (...)
21-02-2018, Arnaud DOUMANHOUN
Le procès dédié au flagrant délit de trafic de faux médicaments dont le principal mis en cause est l’honorable Atao (...)