Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Grèves tous azimuts dans le pays : Nous travaillons à notre recolonisation

JPEG - 63.5 ko

Grève ! C’est le virus qui affecte notre idéal commun. Pourtant, nous sommes promis à un meilleur destin si nous savons tirer profit de notre situation géographique, notamment avec le géant de l’Est et les pays de l’hinterland, du riche patrimoine touristique et culturel dont nous disposons. Hélas, au moment où tous les pays travaillent au quotidien à s’adapter aux enjeux du monde moderne, des Béninois semblent avoir pour métier et vecteur de croissance : « la grève ». La cessation collective de travail est devenue le sport favori. Un paradoxe quand il paraît évident que notre degré de pauvreté exige de nous plus de responsabilité, d’engagement et d’ardeur au travail. Déjà, avec un faible niveau de productivité, il n’était pas évident que notre travail suffise au développement du pays. C’est dire que le naufrage est inévitable si au lieu d’améliorer la productivité, le refus de travailler devient le leitmotiv. Nous ne pouvons pas être l’objet d’une monstrueuse exception. Ceux qui travaillent peinent à s’en sortir. Quid de ceux qui œuvrent à se forger une réputation de peuple paresseux ? Comme l’a si bien martelé le Chef de l’Etat, l’échec du régime du nouveau départ ne sera pas qu’imputable aux dirigeants actuels, car ils auraient eu le mérite d’avoir essayé de remonter la pente. Un éventuel échec creusera davantage notre tombe et les générations futures nous maudiront immanquablement. La fontaine fut sage d’enseigner à ses enfants que : ‘’le travail est un trésor’’. Heureusement, certains peuples l’ont compris depuis des lustres. L’exemple de la Chine est illustratif. Nous autres ‘’grévistes’’, sommes toujours prêts à tendre la main à ces peuples travailleurs. Nous faisons le choix de travailler à notre recolonisation. Sinon, le développement se planifie, se construit. Et ce n’est pas sans sacrifice que les autres ont réussi. Si à chaque fois, il faut occulter l’investissement public et partager les ressources du pays aux travailleurs, qui ont déjà un salaire, le décollage ne sera pas pour demain. Une chose est sûre, des choix que nous aurons faits aujourd’hui, chacun en répondra devant l’histoire.

12-03-2018, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Ganvié, de l’ombre à la lumière
19-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Elle est en passe de mériter ce qualificatif. Baptisée pompeusement sous le vocable de « Venise de l’Afrique », la cité lacustre de Ganvié est restée (...) Lire  

Editorial : Energie : Prestation tendance (...)
19-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Semaine décisive pour les candidats
18-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Sourire XXL chez les fonctionnaires
14-02-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Au secours de l’état civil (...)
14-02-2019, Angelo DOSSOUMOU
CHAMBRE DE PASSE : ON PASSE OU PAS ?
14-02-2019, La rédaction




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2880

Papa pour la première fois : Merveilleuse histoire de vie après (...)
19-02-2019, La rédaction
L’une des meilleures expériences que peut faire un homme sur terre, est de devenir père. Une responsabilité pas des (...)  

Moutawakil Boukari Malick au sujet du site d’accueil des pèlerins : (...)
19-02-2019, La rédaction
Le Gouvernement met les bouchées doubles pour offrir de meilleures conditions aux pèlerins au Hadj. Le conseil des (...)  

Comè / Lutte contre la criminalité faunique : 2 présumés trafiquants (...)
18-02-2019, La rédaction
Le gouvernement du Bénin fait de la lutte contre la criminalité faunique son cheval de bataille pour la protection (...)  

Naufrage d’une barque sur le fleuve Niger : L’Anpc vole au secours (...)
18-02-2019, Adrien TCHOMAKOU
Du soutien, les rescapés du naufrage survenu, il y a quelques jours, sur le fleuve Niger à Karimama en ont reçu de la (...)