Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Lutte contre la criminalité faunique : 12 mois de prison ferme pour 4 trafiquants d’ivoire

JPEG - 223.5 ko

Mise en délibérée pour le 18 avril dernier, le tribunal de première instance de Parakou a donné son verdict dans l’affaire de six trafiquants d’ivoire arrêtés le mardi 28 mars dernier par l’équipe conjointe des forestiers, des éléments de la brigade anti criminelle et ceux du commissariat de Banikani. De ces six trafiquants appréhendés avec 14 kg d’ivoire, quatre sont retenus dans les liens de la culpabilité et sont tous condamnés à 12 mois d’emprisonnement ferme, en plus de 300.000 francs Cfa d’amende chacun et quinze millions cinq cent mille (15.500.000) francs Cfa de dommages et intérêts à payer solidairement. Deux des trafiquants sont relaxés pour défaut de charges.
En effet, ils sont quatre trafiquants à être arrêtés le jour où ces criminels de la faune ont voulu faire la transaction des 14 kg d’ivoire à Parakou. Les investigations qui ont suivi cette première arrestation ont permis aux forces de sécurité publique de mettre la main sur deux autres présumés trafiquants. Ils étaient six à être impliqués dans cette affaire de commercialisation de 14kg d’Ivoire.
Si des six trafiquants, quatre sont effectivement condamnés, c’est un signal fort de ce que le tribunal de Parakou est fermement engagé dans la lutte contre la criminalité faunique et prouve sa bonne foi à accompagner le gouvernement dans sa détermination à sécuriser nos ressources naturelles. Aussi, la « tolérance zéro » recommandée par les Nations-Unies lors de la célébration de la journée mondiale de l’environnement en juin 2016, à l’égard des crimes fauniques est une réalité au Bénin.
Au regard du forfait que ces trafiquants ont commis, ils méritent chacun un emprisonnement de 6 mois à 5 ans et une amende de 300000 à 800 000F selon l’article 154 de la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin. En plus des amendes, les dommages et intérêts que vont payer ces 4 trafiquants, le tribunal de Parakou par cette sanction, vient de montrer que la loi doit être appliquée et donner par la même occasion un avertissement aux réseaux de criminels de la faune, qu’aucune clémence ne leur sera accordée. L’éléphant étant une espèce intégralement protégée, l’application de la loi est indispensable pour la sauvegarde de la richesse faunique.

19-04-2017, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : L’utile réforme intellectuelle !
17-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Juste deux mots pour tout dire. Un concept qui en rappelle d’autres : « Réforme intellectuelle ! ». Voilà, pour remettre le Bénin sur orbite, la (...) Lire  

Editorial : Des mots pour guérir des maux
17-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Syndicalisme à l’œuvre !
16-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le parent pauvre du parlement
16-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : En attendant la Cour !
15-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Houngbédji et la polémique
15-01-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2340

Paralysie du secteur de la justice : Une réaction responsable des (...)
17-01-2018, Arnaud DOUMANHOUN
L’ordre des Avocats du Bénin s’est prononcé hier, à la cour d’appel de Cotonou, sur la paralysie du secteur de la (...)  

Bitumage de l’axe Cococodji-Hêvié-Houèdo : Les riverains réclament un (...)
17-01-2018, La rédaction
Dans une correspondance adressée au chef de l’Etat, les acquéreurs de parcelles tombées dans l’emprise définie pour le (...)  

Lutte contre la criminalité faunique en 2017 : 28 individus (...)
17-01-2018, Adrien TCHOMAKOU
L’année 2017 n’a pas été de tout repos pour le gouvernement et les activistes militant pour la sauvegarde des espèces (...)  

Grèves tous azimuts : Ne mettez pas le pays à feu et à sang (...)
16-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Grève ! Une fois encore, les usagers des services administratifs subiront le dictat des organisations syndicales. (...)