Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Métier de gardiennage au Bénin : Risquer sa vie contre une modique rémunération

Le chômage pousse de nombreux jeunes au Bénin à se trouver d’emplois précaires, dont celui d’agent de sécurité. De jour comme de nuit, ces derniers veuillent à la sécurité des structures dans lesquelles ils sont déployés, avec tous les risques mais contre une rémunération insignifiante.

JPEG - 35.5 ko

Lunettes noires, bâton en main, François G., vigile dans un des supermarchés de la place manœuvre sans cesse la porte, à chaque fois qu’un usager doit y entrer ou sortir. Le technicien en génie électrique devenu sans emplois, pour subvenir à ses besoins s’est vu obliger de devenir agent de sécurité pour dit-il subvenir à ses besoins. « Ce n’est pas ma vocation. Je suis devenu agent de gardiennage parce que je n’avais pas quoi faire et un ami me l’a proposé », explique-t-il. Son collègue Isaac, qui lui s’occupait d’arrêter la circulation pour les clients venus en véhicule, ajoute que pour la plupart, les agents prennent le métier comme un tremplin. Ils estiment que c’est travail très accablant et qui ne permet pas d’avoir un agenda précis pour vaquer à autres préoccupations. « Moi j’ai fait le choix de servir dans la journée. Mais, il se fait qu’il y a souvent manque d’effectifs. De 12 heures de travail normalement, on finit par en faire parfois 24 », précise Isaac.

« Le salaire est peu régulier »
Bien qu’ils soient obligés de faire des supplémentaires et d’être exposé à tous les risques, les agents de sécurité se plaignent tout le temps de leur rémunération. « Mon patron me donne fréquemment 40.000f et parfois 35000f. C’est insuffisant pour faire face aux charges à Cotonou. Nous sommes obligés de solliciter parfois l’aide du personnel de la structure pour laquelle nous travaillons pour survivre », souligne Gilbert un agent de sécurité à calavi. Dans certaines structures, les agents se disent exploités par des gens qui leur payent difficilement encore le salaire. « Le salaire est irrégulier. Mon patron ne paye jamais à la date prévue. C’est parfois deux mois après qu’ils nous rémunèrent », confie un agent qui a requis l’anonymat.

A l’épreuve des risques
Peu importe le salaire, les agents de sécurité privé se doivent de faire preuve de vigilance et faire convenablement le travail aux risques de se créé des soucis. « La dernière fois, une moto a été volée devant notre société. Cela suffisait pour que je passe 72h au commissariat où j’ai pris un engagement de rembourser progressivement le prix de cette moto, alors que je ne suis mêlé ni de prêt, ni de loin à ce vol », fulmine François. Le pire, disent-ils, c’est quand ils devront faire face à des malfrats. « Je faisais la garde de nuit une fois quand des voleurs son venu braquer la structure. J’ai été molesté correctement par des bandits munis de machette et d’arme artisanale. Mais j’ai eu la vie sauve », témoigne Jean-Paul, un agent rencontré à Mènontin. Les agents de sécurité privé plaident pour une réorganisation du secteur afin qu’ils puissent jouir de meilleures conditions de travail et de vie.
Mickaël VOGBE (Stag)

21-04-2017, La rédaction


CHRONIQUES

En vérité : L’utile réforme intellectuelle !
17-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Juste deux mots pour tout dire. Un concept qui en rappelle d’autres : « Réforme intellectuelle ! ». Voilà, pour remettre le Bénin sur orbite, la (...) Lire  

Editorial : Des mots pour guérir des maux
17-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Syndicalisme à l’œuvre !
16-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Le parent pauvre du parlement
16-01-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : En attendant la Cour !
15-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Houngbédji et la polémique
15-01-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2340

Paralysie du secteur de la justice : Une réaction responsable des (...)
17-01-2018, Arnaud DOUMANHOUN
L’ordre des Avocats du Bénin s’est prononcé hier, à la cour d’appel de Cotonou, sur la paralysie du secteur de la (...)  

Bitumage de l’axe Cococodji-Hêvié-Houèdo : Les riverains réclament un (...)
17-01-2018, La rédaction
Dans une correspondance adressée au chef de l’Etat, les acquéreurs de parcelles tombées dans l’emprise définie pour le (...)  

Lutte contre la criminalité faunique en 2017 : 28 individus (...)
17-01-2018, Adrien TCHOMAKOU
L’année 2017 n’a pas été de tout repos pour le gouvernement et les activistes militant pour la sauvegarde des espèces (...)  

Grèves tous azimuts : Ne mettez pas le pays à feu et à sang (...)
16-01-2018, Angelo DOSSOUMOU
Grève ! Une fois encore, les usagers des services administratifs subiront le dictat des organisations syndicales. (...)