Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Mise en œuvre de la nouvelle carte sécuritaire : Les commissariats d’arrondissements interdits de recevoir des plaintes

JPEG - 264.3 ko

Ils sont nombreux, ces citoyens qui continuent de se référer aux commissariats d’arrondissements des communes sous tutelle de la gendarmerie pour déposer leurs plaintes. Et bien évidemment, ils y essuient une fin de non-recevoir. En effet, depuis le 2 janvier 2017, la nouvelle carte sécuritaire, telle annoncée par le gouvernement du nouveau départ, est opérationnelle sur l’ensemble du territoire national. Ainsi, les policiers sont devenus les seuls maîtres dans les villes à statut particulier et les chefs-lieux de départements, et les gendarmes ont pris le contrôle des communes ordinaires conformément aux dispositions du décret 2000 portant délimitation des zones de compétences de la police et de la gendarmerie. Mais, un tour à Abomey-Calavi, une commune placée sous le contrôle de la gendarmerie, et force est de constater que de nombreux citoyens peinent à s’adapter à la nouvelle donne car, en attendant le redéploiement des agents, les commissariats d’arrondissements de Godomey-Togoudo, de Gbodjè, d’Akassato… n’ont pas encore fermé. Sauf que cette présence provisoire n’est pas à confondre avec leur fonctionnement traditionnel, c’est-à-dire exécuter leurs attributions antérieures à la décision de la mise en œuvre de la nouvelle carte sécuritaire. C’est pourquoi, les citoyens qui continuent de se référer aux commissariats d’arrondissement sont purement et simplement orientés vers le commissariat central d’Abomey-Calavi ou la gendarmerie la plus proche. C’est donc clair que les commissariats centraux ou d’arrondissements installés en violation des dispositions du décret 2000 seront bientôt fermés. Ce n’est qu’une question de temps.

9-01-2017, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Sauver Cotonou du drame d’Abidjan
22-06-2018, Isac A. YAÏ
La ville est plongée dans le deuil. Abidjan, la belle, pleure ses morts. Cette cité cosmopolite a troqué son charme contre les affres des pluies (...) Lire  

En vérité : A l’heure des réformes électorales
20-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Les nouveaux chantiers de la (...)
18-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Révisions en plein Mondial (...)
14-06-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : L’enjeu du code électoral
14-06-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Code électoral à peaufiner (...)
12-06-2018, Angelo DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : L’inaltérable Yayi
12-02-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | ... | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | 270 | ... | 2580

Affaire Cnss-Bibe : Le procès de Mètognon reporté au 27 juin (...)
20-06-2018, La rédaction
Le syndicaliste Laurent Mètognon et ses coaccusés retournent pour quelques jours encore en prison. C’est la (...)  

Autorité nationale de lutte contre la corruption : Les journées (...)
20-06-2018, La rédaction
Le président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc), Jean Baptiste Elias a tenu une rencontre (...)  

Leadership et engagement : Le Nimd offre une plate-forme de (...)
20-06-2018, La rédaction
Permettre aux jeunes d’acquérir les stratégies adéquates pour, d’une part, bénéficier de la confiance de leurs (...)  

Assainissement du secteur de la microfinance : Toboula se prépare (...)
20-06-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Nul n’a le droit d’exercer une activité de microfinance sans disposer d’un agrément. C’est un principe auquel le Préfet (...)