Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Sonapra : La vérité des chiffres

JPEG - 83.2 ko

La polémique nauséabonde entretenue à dessein autour de la décision prise par le gouvernement de liquider la Société nationale pour la promotion agricole (Sonapra) cache mal la mauvaise gouvernance qui a prévalu à la tête de cette structure étatique au cours de ces dernières années. Outre le népotisme qui l’enlisait, voici quelques chiffres qui en disent long sur le gouffre financier dans lequel végétait la Sonapra au 31 Décembre 2015. Près de 34 milliards de perte cumulée, une trésorerie passive de 32 milliards, des dettes fiscales de l’ordre de 35 milliards de Fcfa et des capitaux propres négatifs de près de 8 milliards. Soit un total cumulé de dette, de passif, de perte, d’un montant de 109 milliards de Fcfa, pendant que les différents directeurs qui ont dirigé cette structure se sont servis à la louche dans les caisses. Ainsi, au lieu de générer de la richesse et de la valeur ajoutée pour l’État, la Sonapra est devenue une source de perte de ressources, d’endettement et donc, une charge sur le budget national. Quel gouvernant responsable peut rester insensible devant une gestion aussi calamiteuse des ressources publiques ? En tout cas, pas le président Patrice Talon. Entre réformer, c’est-à-dire liquider, et laisser mourir la Sonapra, le chef de l’Etat a opéré le choix de la raison. Et, il est de bonne guerre de s’inquiéter du sort du personnel de cette société, du fait de la liquidation, mais le président Patrice Talon en bon père de famille saura faire ce qu’il faut. Une gouvernance au service de l’intérêt général, c’est le combat du régime du Nouveau départ. Peuple béninois, ton intérêt est où ?

12-06-2017, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Lutte sans exception !
22-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Quand les chiffres tombent, ils donnent le tournis. Au Bénin, chaque année, du fait de la corruption, ce sont des milliards qui, au détriment des (...) Lire  

Editorial : La dynamique locale en question
22-02-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : A Glo, ça avance !
21-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Trekpo, seul face à son destin
21-02-2018, Isac A. YAÏ
En vérité : Le prix du jusqu’au-boutisme (...)
20-02-2018, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une bouteille à la mer
20-02-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Editorial : L’inaltérable Yayi
12-02-2018, Moïse DOSSOUMOU


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2400

Entretien avec Rémi Tamègnon, Docteur en économie des transports « (...)
22-02-2018, Isac A. YAÏ
Docteur en Economie des Transports à l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) et Expert agréé en Economie des Transports et (...)  

Atelier de formation : 2A2Bj partage ses expériences avec la (...)
21-02-2018, Isac A. YAÏ
L’Amicale des anciens bénéficiaires des bourses japonaises (2A2Bj) a organisé au Carder d’Abomey-Calavi un atelier de (...)  

Construction du centre hospitalier Toviklin-Lalo-Dogbo : Dr (...)
21-02-2018, La rédaction
Tout est fin prêt pour la mise en service du centre hospitalier Toviklin-Lalo-Dogbo. A travers cet entretien, le (...)  

Respect de la décision de la Cour constitutionnelle : Les Osc (...)
21-02-2018, Fulbert ADJIMEHOSSOU
Les organisations de la société civile s’inquiètent du retard dans la désignation et l’installation du Cos-Lépi. A (...)