Dialogue politique initié par le Médiateur de la République : Les aspirations de la DUD de Valentin Houdé

Moïse DOSSOUMOU 28 avril 2022


A pied d’œuvre pour jouer sa partition pour des législatives apaisées, le Médiateur de la République a entrepris de rencontrer les représentants de tous les partis politiques. Cette semaine, à Grand-Popo, les délégations défilent pour présenter leurs exigences et souhaits. Les séances qui se déroulent à huis clos favorisent l’expression des sentiments et ressentiments. Conduite par son président, Valentin Aditi Houdé, la délégation de la Dynamique unitaire pour la démocratie et le développement n’a pas fait la langue de bois.
Très inspirés, les représentants de ce parti ont fait leurs interventions sur trois axes à savoir le toilettage des textes crisogènes (charte des partis politiques, code électoral et la loi sur le financement public des partis politiques) ; le rétablissement des droits humains et l’implication de tous les acteurs dans le processus électoral.
Pour ce qui est du premier point, le parti estime que le toilettage doit s’appliquer à la loi n° 2018-31 portant Charte des Partis politiques en République du Bénin (articles 38 et 39) ; la loi n°2019-43 du 15 Novembre 2019 portant Code électoral en République du Bénin (articles 146 et 173) et la loi n° 2019-44 du 15 Novembre 2019 portant Financement public des Partis politiques en République du Bénin (articles 5, 6 et 9). « L’ensemble des dispositions ci-dessus énumérées, à l’analyse, comporte des germes d’exclusion, de crise et compromet dangereusement le climat nécessaire à tout processus électoral notamment les législatives du 08 Janvier 2023. Au regard de la loi telle que stipulée aux articles 38 et 39 de la Charte des partis politiques, tout parti politique régulièrement enregistré a droit au financement public. En conséquence, le Parti DUD s’insurge contre l’article 9 qui transforme l’aide publique en une prime distribuée aux seuls partis politiques ayant des élus ».

Quant au deuxième point, après les troubles électoraux de ces dernières années, pour une cohésion nationale et la paix sociale, la Dud souhaite le dégel de la crise socio-politique qui prévaut dans notre pays par le retour des compatriotes exilés ; la libération de tous les prisonniers de « délits d’opinion » et des jeunes qui, pour des raisons liées aux élections de 2019 et 2021 croupissent encore dans les prisons ; la prise d’une loi d’amnistie par l’Assemblée Nationale pour les détenus politiques ; l’arrêt des poursuites judiciaires arbitraires contre les hommes politiques ; l’arrêt des intimidations des hommes politiques par des menaces d’emprisonnement ; l’organisation d’un dialogue national des forces vives incluant tous les acteurs politiques, les anciens présidents de la République et Institutions, les syndicats, les religieux et les têtes couronnées pour le rétablissement des règles démocratiques, des libertés et la restauration de l’Etat de droit dans notre pays.
Pour ce qui est du dernier point, les représentants de la Dud militent pour l’implication de l’opposition dans tout le processus électoral depuis la confection de la Liste Electorale Informatisée (LEI) en cours actuellement dans les conditions que nous jugeons opaques ; la représentation de l’opposition dans toutes les structures en charge du processus électoral et au niveau des bureaux de votes pour contresigner les procès-verbaux des dépouillements.





Dans la même rubrique