Semaine du numérique 2020 au Bénin : Aurélie Zoumarou invite tous les acteurs à plus d’effort

Isac A. YAÏ 24 novembre 2020

« Spécial soixantenaire de l’indépendance : en route vers notre maturité numérique », tel est le thème de l’édition 2020 de la semaine numérique (Senum). Cette rencontre annuelle des acteurs de l’écosystème numérique a été lancée ce matin à l’hôtel Golden Tulip par Aurélie Adam Soulé Zoumarou, ministre du numérique et de la digitalisation en présence de ses collègues Eléonore Yayi Ladékan, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, de Shadiyath Assouman, ministre de l’industrie et du commerce et de Modeste Kérékou, ministre des petites et moyennes entreprises et de la promotion de l’emploi. Pour Aurélie Adam Soulé Zoumarou, le thème de la Senum 2020 cadre avec la vision du chef de l’Etat. « Ce thème illustre bien ce que nous avons décidé de faire sous le leadership du Président de la République, c’est-à-dire emprunter le chemin de la transformation digitale de notre administration publique, de nos entreprises et de la société toute entière. Pour la ministre du numérique et de la digitalisation, en 1960, le numérique était un rêve.
Mais non seulement elle est devenue une réalité, mais les technologies ont révolutionné tous les secteurs d’activités de nos jours. « 1960, c’était comme 2010 avec cette volonté d’aller au-delà de ce que les technologies peuvent nous permettre de faire. En 1960, on ne pouvait pas imaginer qu’on serait à ce niveau de maturité et d’évolution numérique, c’est-à-dire suivre des cours et avoir des résultats en ligne, obtenir des papiers administratifs depuis sa maison…). Cela est devenu possible car, ensemble, nous avons décidé d’aller vers cette transformation digitale », déclare-t-elle. Pour elle, malgré ce niveau d’évolution, beaucoup reste à faire et cette maturité numérique ne devrait pas être considérée comme une fin, mais un chemin qu’il faut emprunter quotidiennement afin de simplifier davantage la vie à toute la population béninoise. Cette semaine du numérique est donc une occasion pour les acteurs aussi bien du secteur public que du privé d’échanger entre eux pour offrir des solutions innovantes aux citoyens béninois. « Il reste encore beaucoup à faire, raison pour laquelle nous ne devons pas dormir sur nos lauriers », a conclu ma ministre du numérique et de la digitalisation.





Dans la même rubrique