Editorial : Un visionnaire pour foot malade !

Angelo DOSSOUMOU 17 juillet 2018

Le 25 août prochain, il sera procédé au renouvellement des membres du comité exécutif de la Fédération béninoise de football. L’appel à candidature est lancé et déjà, les prétendants pour le fauteuil de Anjorin Moucharaf ne manquent pas.
Appel à candidature lancé et pour le renouvellement des membres du comité exécutif de la Fbf, ils sont nombreux à s’annoncer. Ouvriers de la onzième ou de la première heure, ils se positionnent tous, comme les sauveurs d’un football en déliquescence. Déjà, de longue date, quand on parle du cuir rond au Bénin, se sont toujours les mêmes têtes, les mêmes maux et les mêmes récriminations. Eh bien, membres influents et permanents à la Fbf, avec eux, depuis des lustres, le monde footballistique n’a eu droit qu’à des promesses sans lendemain.
D’ailleurs, vu qu’ils sont issus des alliances circonstancielles, il se fait que tout le temps, ils sont à couteaux tirés. Conséquence, le Bénin s’est durablement abonné à des championnats en dents de scie. A cela, il faut ajouter l’inexistence d’une politique solide de formation à la base. Et, ce n’est pas la peine de s’attarder sur une équipe nationale qui n’existe que de nom ou sur des supporteurs qui, de guerre lasse, préfèrent plutôt applaudir des stars d’autres cieux. Alors, dans ces conditions, une élection de renouvellement de l’instance dirigeante du football, ne peut qu’être un rendez-vous très attendu.
Il y a toujours eu des élections à la Fbf. Dites-nous, pourquoi ce rendez-vous est plus attendu que les précédents ?
La raison et nul ne l’ignore, il faut enfin en finir avec l’amateurisme de certains dirigeants. De la Fbf, les défenseurs de la politique du ventre et sans boussole, c’est le moment plus que jamais de les extirper. Sans quoi, cette élection prévue pour le 25 août prochain ne servira à rien sinon qu’à perpétuer le règne de l’absurde. Ne nous trompons surtout pas, le renouveau du football béninois passe nécessairement par une vision claire, portée par une équipe vraiment soudée.
Jusqu’ici, l’expérience des vendeurs de chimères aux commandes de la Fbf n’a produit que des résultats sporadiques. En plus, ils sont bien loin, ces piteuses participations à la Can et à la coupe du monde junior. Maintenant, des résultats feu de paille, le public sportif n’en pas besoin. A l’école des grandes nations qui, pour un football compétitif sur la durée, ont bâti sur du rocher, il souhaite que les prochains dirigeants aillent. Et donc, avec méthode et sérieux, qu’ils travaillent à l’éclosion de grands talents qui produiront du beau jeu. Tout un programme, toute une mission et pour y arriver, seule la passion fera la différence.

Alors, s’il en est ainsi, quel candidat idéal pour conduire les destinées de notre football ?
En tout cas, tout sauf une équipe de farceurs qui ne fera miroiter aux amoureux du cuir rond que des résultats sans lendemain. Après des années où certains se sont ingéniés à ne fabriquer que des crises à cause des intérêts personnels à la Fbf, je les vois mal changer de comportement, de mentalité, de vision et prétendre rassembler pour un défi majeur.
Heureusement, pour une fois, pour permettre au peuple d’apprécier le programme d’actions de chaque candidat, la commission électorale a prévu des débats contradictoires. Néanmoins, le dernier mot reviendra aux délégués des clubs et des ligues. Mais, quand on sait que le football est un patrimoine national et qu’ailleurs, il participe énormément au développement économique, alors, pour un contrôle adéquat de la Fbf, chaque Béninois a intérêt à jouer sa partition. Mais avant, place d’abord aux prétendants pour le renouveau du football béninois !





Dans la même rubrique