Election du 2e secrétaire parlementaire : Le vote en faveur de Dakpè place-t-il la Rb dans la rupture ?

Arnaud DOUMANHOUN 26 mai 2016

La Renaissance du Bénin (Rb) a voté dans sa majorité pour le candidat du Nouveau départ, soit 6 députés sur les 7 que compte le parti à l’hémicycle. Seule l’honorable Rosine Soglo n’a pas choisi le camp du pouvoir. C’est dire que Dakpè Sossou, l’un des fidèles du président Talon, a bénéficié du soutien des Houézèhouè à l’occasion de son élection au poste de deuxième secrétaire parlementaire, en remplacement de l’honorable Alexis Agbélessessi. Une première grande position du parti par rapport au régime du nouveau départ, depuis le communiqué de félicitations au Chef de l’Etat après son élection. Les renaissants s’engagent-ils sur le chemin de la rupture ? Difficile de le savoir. Mais, une seule certitude, la Rb a voté pour Dakpè Sossou contre Basile Ahossi. Le parti s’est aligné derrière le candidat de Talon. Néanmoins, il serait précipité de tirer la conclusion que la Rb est dans la rupture. La preuve, pour la question du mandat unique, le parti a déjà affiché ses réserves et les positions pourraient évoluer au fur et à mesure que les réformes seront à l’ordre du jour au parlement. Il est alors imprudent de conclure que la Rb est définitivement dans la rupture. Après la débâcle de la présidentielle, le parti continue de gérer ses problèmes internes. L’appartenance ou non à la rupture, reste toujours une grosse interrogation. La Rb est véritablement à la croisée des chemins. Toujours est-il que le président Patrice Talon peut déjà se féliciter d’avoir réussi à mobiliser autour de son candidat des anciens soutiens de son challenger à la présidentielle.

Survie politique
Dans ce contexte, que reste-t-il de ce que fut l’alliance dite républicaine, qui a porté le candidat de Boni Yayi ? La Rb, le Parti du renouveau démocratique (Prd) et les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) n’ont pas tardé à lorgner la rupture. Le Prd qui a très tôt déclaré son soutien au nouveau régime, a été traité de tous les noms pour son empressement à rejoindre le camp des vainqueurs. Mais, c’était sans savoir, que les deux autres forces politiques de l’alliance, étaient bien admiratives du courage politique des Tchoco-Tchoco. Tel un précurseur, Me Adrien Houngbédji a montré la voie. Le peuple a choisi la rupture, il faut suivre la direction du vent pour ne pas être emporté par les vagues. Avec l’élection de Dakpè Sossou, l’opinion se rend compte de l’évidence. Les Fcbe et la Rb ont soutenu le candidat de la Rupture. Le vent de la continuité est bien passé, et chaque parti ou alliance de partis joue désormais son avenir politique.





Dans la même rubrique