En vérité : Une rentrée exceptionnelle

Moïse DOSSOUMOU 11 août 2020

C’est une rentrée inédite. Elle fait suite à une période inhabituelle de repos. Lorsqu’ils étaient invités à profiter des congés de Pâques anticipés, écoliers et enseignants étaient loin d’imaginer qu’ils resteraient tout ce temps loin des salles de classe. Quatre mois de décrochage, c’est énorme. Mais la crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19 a bouleversé le cours normal des activités académiques. Les écoliers du Cours moyen deuxième année, parce qu’ils devaient composer pour le Certificat d’études primaires ont repris l’école un peu plus tôt. Ils sont déjà tous situés quant à leurs résultats. Idem pour les collégiens et lycéens. Les candidats au Baccalauréat sont dans l’attente du verdict des délibérations tandis que ceux qui ont affronté les épreuves du Brevet d’études du premier cycle savent déjà à quoi s’en tenir. Maintenant, c’est le tour des autres écoliers d’entrer en scène.
Les plus petits, ceux de la maternelle resteront à la maison jusqu’à la reprise des cours pour le compte de la rentrée académique 2020-2021. Compte tenu de leur bas âge et de l’inquiétude grandissante des parents quant à la difficulté de leur faire respecter les gestes barrières, le gouvernement a décidé, pour ce qui les concerne, de clôturer au plus tôt l’année scolaire. Dans quelques semaines, en fin septembre, on les retrouvera à nouveau sur les bancs. Pour le moment, les écoliers dont le niveau est compris entre le cours d’initiation première année et le cours moyen première année sont retournés dès hier à l’école. Ils en auront jusqu’au 4 septembre prochain pour boucler la boucle de l’année en cours qui a connu des moments de suspension. Comment les enfants ont-ils repris l’école ? Quel sera le contenu des programmes qui leur seront dispensés pour le laps de temps pendant lequel ils sont appelés à faire la navette entre la maison et l’école ?
C’est évident que les instituteurs ne pourront pas achever le programme tel qu’établi au départ. Compte tenu de la longue période de décrochage, il faudra compter avec le relâchement et la baisse de niveau des apprenants. Seuls les enfants qui ont été encadrés à la maison seront aptes à réagir promptement. Pour les autres, il va falloir un temps d’acclimatation. Vu qu’ils auront à peine un mois à faire, les enseignants n’auront pas d’autre choix que de procéder à des révisions d’ordre général avant d’évaluer les apprenants. En termes clairs, ce serait vraiment une surprise que les écoliers bénéficient de nouvelles connaissances. L’année scolaire prochaine, les encadreurs seront appelés à faire de véritables tours de magie pour rattraper ce qui n’a pas été fait maintenant avant d’entamer et de finir ce qui est normalement prévu pour une année normale. Mais nous n’y sommes pas encore. En lien avec l’administration, il leur faudra être habile afin que ce séjour se passe dans les meilleures conditions.
Habituellement, au cours du mois d’août, la fraîcheur dicte sa loi un peu partout dans le pays. Cette année n’a pas dérogé à cette règle. Puisque c’est traditionnellement la période des vacances, les enfants sont gardés au chaud à la maison. Voilà que, exceptionnellement, il leur faudra affronter ce temps éprouvant pour leur âge. Une préoccupation de plus pour les parents qui sont déjà inquiets pour leurs progénitures du fait de la Covid-19. Les enfants étant considérés comme des porteurs sains, beaucoup craignent qu’au contact de leurs camarades, ils ramènent le virus à la maison. Dans le même temps, c’est peine perdue que de céder à la paranoïa. Il faut rester zen et espérer que dans les écoles, les gestes barrières soient de mise autant que possible. Le reste, la Providence s’en charge.





Dans la même rubrique