Transversale : Chétive moisson !!!

Ambroise ZINSOU 4 septembre 2019

Deux médailles de bronze, œuvres de Roméo N’Tia (saut en longueur) et de Océanne Ganiero (Karaté). C’est la maigre moisson faite par le Bénin lors des derniers Jeux Africains Rabat 2019. Présent avec tout son gratin en Athlétisme, en Aviron, au Badminton, au Cyclisme sur route, au Judo, au Karaté, au Taekwondo, au Tennis, au Tir à l’arc et au Volley de plage avec au total 24 sportifs, le Bénin fauché sort de cette 12è édition avec la 38è place sur les 42 pays en compétition. A moins d’un an des Jeux Olympiques de 2020, la météo prévoit un ciel nuageux pour le 229 qui rêve de grappiller sa première médaille historique. Les signaux sont au rouge et les indicateurs laissent entrevoir des performances faméliques. Toute la crème du Bénin représentée dans diverses disciplines sportives était au front au Royaume Chérifien pour cette grand’messe continentale. Si pour Pierre de Coubertin « Le plus important n’est pas de gagner, mais de participer » en faisant allusion aux J.O, au nom de l’universalité des Jeux, le Bénin devra-t-il toujours se mettre en rang pour boucher les trous ? La réponse est non. Privel Hintaki (Aviron), Jehudiel Kiki (Judo), Sylvestre Monnou (Tennis), Alexi Klégou (Tennis), Souliatou Saka (200m), Noelie Yarigo (800m), Roméo N’Tia (Saut en longueur), Océanne Ganiero (Karaté), Odile Ahouanwanou (Poids), Nafissath Radji (Natation) et Merveilles Zinsou (Tir à l’arc) sont pourtant des favoris dans leurs disciplines respectives et constituent les espoirs d’un des métaux. Mais les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs. L’espoir a tôt fait de tourner en dérision. N’eût été Ganiero et N’Tia, le Bénin serait rentré bredouille de cette kermesse sportive outrageusement dominée par l’Egypte (273 médailles : 102 Or, 98 Argent et 73 Bronze), le Nigeria (127 médailles : 46 Or, 33 Argent et 48 Bronze) et l’Afrique du Sud (87 médailles : 36 Or, 26 Argent et 25 Bronze) en occupant les trois marches du podium. « Qui sème chichement moissonnera chichement ; qui sème largement moissonnera largement », disait Omar Khayyâm. Juste pour montrer que chaque pays présent au Maroc pour ces Jeux Africains Rabat 2019 a récolté au prorata ce qu’il a semé. Et le seul secret pour des victoires certaines reste le travail. Et le chemin est encore long pour le Bénin dans son ambition de tutoyer les cimes du sport dans son ensemble. Une victoire se secrète avec en amont des préalables. Les infrastructures, la détection, la formation et le suivi sont des éléments importants pour une réussite qu’il ne faut jamais occulter. On ne doit pas se surprendre des résultats des autres et s’en remettre au sort. La chance, c’est d’abord facteur du travail bien fait. Et comme Jean de la Fontaine dans « La cigale et la fourmi », si au moment où les autres travaillaient nous passons notre temps à ne rien faire, ce n’est pas pendant les challenges qu’on sera stupéfié. Travaillons, travaillons dur !!!





Dans la même rubrique