Le Père Athanase Hounton au sujet du Carême : 40 jours pour « purifier notre cœur afin de revenir à Dieu »

18 février 2021

Les chrétiens catholiques ont démarré depuis hier, et ce pour 40 jours la période de carême. Dans cet entretien, l’abbé Athanase Hounton, Vicaire à la Paroisse St Michel de Godomey-Togoudo dévoile l’importance de cette période pour le chrétien catholique.

Comment préparez-vous le début de carême en cette période de Covid 19 ?
Le temps de carême est un temps fort pour l’Eglise catholique, pour tous les chrétiens. Déjà l’année dernière, nous avons commencé le carême avec la Covid. Cette pandémie ne nous empêchera pas de vivre le carême cette année. C’est Dieu lui-même qui nous a recommandé de beaucoup prier, pendant ce temps de carême. Nous allons le prier pour qu’il nous sauve de cette crise sanitaire.

Revenons au premier acte, l’imposition des centres. Que représente-t-il pour les chrétiens catholiques ?
Poser la cendre sur le front d’un fidèle est une image d’humilité, un symbole de ce que nous sommes fragiles. C’est un signe de miséricorde. De la cendre peut renaître une nouvelle vie. C’est toujours une invocation symbolique de la mort à l’appel à la conversion. Dans l’ancien testament, les gens se recouvraient de cendre pour demander pardon à Dieu et témoigner de ce qu’ils ne sont rien. Nous ne sommes donc rien mais avec Dieu nous sommes forts. Cet acte vise donc à montrer à Dieu notre fragilité, une fragilité qui nous amène à espérer en sa miséricorde.

En quoi le carême est-il important pour un chrétien ?
Le carême est un temps très fort pour le chrétien. C’est un temps de préparation à une vie nouvelle, une vie de foi. C’est une période où nous nous préparons pour vivre la Pâque avec Christ. Nous nous unissons à lui par sa mort et sa résurrection. C’est important pour un chrétien parce que c’est la période où nous faisons un peu plus d’effort pour renaître à la vie nouvel avec Christ.
C’est un temps de grâce que l’Eglise met à notre disposition pour repartir d’un bon pas, réorienter notre marche, purifier notre cœur, secouer notre torpeur afin de revenir à Dieu de tout notre cœur. Il faudra donc entrer dans une démarche de conversion sincère, de prières persévérantes, de partage généreux et de jeûne effectif. C’est un rend-vous que Dieu nous donne pour vivre les grâces de la résurrection avec lui comme cela se doit.

Quelle différence y a-t-il entre le jeûne et le carême ?
Pour moi, le jeûne s’implique dans le temps de carême. Je peux faire le jeûne en me privant de... Alors que quand on parle du carême, c’est un temps de préparation, de prière, de jeûne et d’aumône. Un jeûne bien accompli n’est pas interrompu. Quand il est interrompu ce n’est plus un jeûne. On le fait pour un objectif donné et on doit l’achever. Il y a par exemple ce qu’on appelle le jeûne thérapeutique. Or le temps de carême est bien limité. Le jeûne est un élément du carême. Il y a trois éléments au cœur du carême chez le chrétien dont le jeûne.

Le carême signifie-t-il seulement la privation de nourriture ?
Comme je le disais tout à l’heure, il y a trois éléments au cœur du carême chez le chrétien. Pendant ces 40 jours, nous nous donnons le temps de prier, de vivre la charité et de jeûner. Quand on jeûne, ce n’est pas seulement la privation de nourriture. C’est le temps où je fais un peu de sacrifices, pas seulement du matériel mais de mon temps. Je me prive de certains plaisirs et loisirs.

Qui sont ceux qui peuvent pratiquer le jeûne pendant le carême ?
Tout le monde peut le faire. Maintenant si je suis malade et que je ne peux pas rester à jeun, on ne pourra pas se priver de nourriture. C’est le cas d’un malade par exemple. Il lui faut d’énergie.

Quels sont les avantages du jeûne sur les plans spirituel, physique et émotionnel ?
Par le jeûne, nous entrons en communion avec Dieu. Un jeûne contrôlé est sans danger. Il est parfaitement compatible avec une vie active et permet le nettoyage de tout l’organisme tout en donnant davantage d’énergie. Mon esprit n’est pas alourdi. Sur le plan sanitaire, ça me fait aussi beaucoup de bien. Quand vous êtes obèse et que vous faites le jeûne thérapeutique suivant un rythme donné, vous pouvez perdre du poids et vaincre de nombreuses pathologies. Il y a des aliments qui nous alourdissent quand bien même nous sommes en éveil. Sur le plan émotionnel, il faut faire attention à ces jeûnes où vous êtes grincheux. Ça veut dire que je ne sais pas ce que je veux en le faisant. L’objectif n’est pas de rester à jeûn pour dresser sa colère contre les autres. Soyez en odeur de sainteté avec les autres au lieu de les blesser à travers les comportements. Je montre un visage doux. Quand on vit bien le jeûne, on obtient ce que l’on veut.

Votre message à l’endroit de la communauté chrétienne
Il faut que chacun de nous, pendant ce temps de grâces, profite pour se repentir comme il le faut. Profitons pour faire un bon pas dans notre orientation, par ces temps de purification. Secouons notre torpeur afin de revenir à Dieu. Faisons l’effort de partage avec nos amis. Cette démarche de conversion doit être sincère.

Propos recueillis par Espoire HOUNKPEVI (Stag)





Dans la même rubrique