Tchad : manifestation pour la dissolution de la junte

27 avril 2021

La manifestation lancée par le mouvement Wakit Tama regroupe plusieurs partis d’opposition et des organisations de la société civileopposés à une transition militaire avec à sa tête le fils du défunt président Deby, le général Mahamat Idriss Deby.

C’est un lieu tenu secret que les organisateurs de cette marche ont choisi pour discuter en toute discrétion sur la conduite à suivre lors de la marche pacifique de ce mardi 27 avril. Tous sont contre une transition militaire. François Djekombé, le président du parti Union sacrée pour la République, fait partie des organisateurs.

‘’Nous maintenons cette pression pour exiger la dissolution du Conseil militaire de transition et la mise en place d’un gouvernement d’union nationale de transition. Toutes les organisations de la société civile et politiques sont mobilisées pour cette grande marche qui va être inédite. Si déjà le Conseil militaire de transition refuse l’offre de dialogue avec les rebelles, cela suppose qu’au niveau intérieur, si nous baissons les bras, c’est que nous sommes complètement morts.’’

Les manifestants ont confectionné des banderoles et des tee-shirts avec des messages à l’attention de la junte militaire au pouvoir et de la France qu’ils accusent de légitimer un coup d’Etat militaire. L’activiste des droits humains Alain Kemba Didah, demande par ailleurs aux forces de l’ordre d’encadrer cette marche.

‘’Nous espérons que les forces de l’ordre seront là pour appuyer nos propres agents de sécurité qui sont déjà mobilisés afin que tout se passe dans le calme et dans l’intérêt de tous. Nous avons aussi confectionné des banderoles avec des messages très clairs. Certains viendront avec des tee-shirts avec des messages qui seront envoyés en même temps à la junte au pouvoir et à la France qui, contre la volonté populaire, décide de maintenir Déby fils à la tête de la transition tchadienne. ‘’
Des artistes aussi...

Le musicien N2A annonce également sa participation à cette marche avec d’autres artistes. N2A a été plusieurs fois arrêté sous le régime du président Idriss Déby en raison de son engagement politique.

‘’Je pense que c’est maintenant que le vrai combat commence. Toutes les corporations artistiques, on sera dans la rue avec nos armes qui sont : la guitare et les tam-tams pour faire entendre le peuple. Il n’y a pas de peur, la peur a changé de camp.’’

Mais face à cette pression de l’opposition et de la société civile contre une transition militaire, les militaires au pouvoir sont restés jusqu’alors silencieux. Aucun responsable de la junte ne s’est prononcé sur cette contestation.

A lire aussi : La population de N’Djamena craint une nouvelle offensive rebelle





Dans la même rubrique