Kamala Harris, la n°2 de Biden, cumule les "premières"

21 janvier 2021

La journée du mercredi 20.01.2021 a été celle de l’investiture de Joe Biden à la présidence des Etats-Unis… mais aussi de celle de Kamala Harris à la vice-présidence.

Pour la première fois, c’est une femme qui accède à ce poste. A 56 ans, Kamala Harris est aussi la toute première métisse à accéder à ces hautes fonctions.
Pas seulement pour la photo

Kamala Harris, c’est avant tout une pionnière. Et même si Joe Biden l’a aussi choisie pour la photo, elle n’en demeure pas moins la première personne noire, la première personne d’origine indienne et la première femme à occuper le poste numéro 2 de l’exécutif aux Etats-Unis.

C’est ce que salue par exemple Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, dans son discours de réaction à l’arrivée de l’administration Biden au pouvoir.

"Après quatre longues années, l’Europe a un ami à la Maison blanche", s’est réjouie Ursula von der Leyen. "Et il se tiendra aux côtés de Kamala Harris, la première femme vice-présidente des Etats-Unis. Cette victoire est historique et rend cette journée très spéciale."

Femme d’expérience
Âgée de 56 ans, Kamala Harris est fille d’immigrés, née d’un père jamaïcain et d’une mère indienne.

Mais c’est aussi une femme d’expérience. Par deux fois, elle a été procureure à San Francisco, puis procureure générale de Californie où là encore, elle était la première femme dans ces fonctions.

En 2017, Kamala Harris est devenue sénatrice.
Depuis plusieurs années, elle est considérée comme une étoile montante de la politique américaine, comme nous l’a expliqué la chercheuse allemande Sophia Becker, de la DGAP, au moment de son choix comme colistière du candidat démocrate.

Pourquoi le choix de Kamala Harris ?
Kamala Harris a des connaissances en politique pénale, ainsi que dans les domaines sociaux ou de l’éducation.
Adresse aux minorités

Et c’est une oratrice chevronnée qui s’adresse aussi aux minorités, comme elle l’a montré dans son évocation de Martin Luther King. Kamala Harris a ainsi déclaré devant la presse : "Il est important de se remémorer que le Dr. King a été assassiné en grande partie, à mon avis, parce qu’il était sur le point de réunir le mouvement des droits civiques autour de la justice raciale, par son combat pour la justice économique. […] Et aujourd’hui encore, il nous faut reconnaître notre responsabilité collective pour remédier à ces injustices."

Les démocrates gagnent, Trump tente le tout pour le tout
Le rôle de Kamala Harris sera de seconder Joe Biden dans sa volonté de "restaurer le leadership moral et mondial" des Etats-Unis, notamment par une relance du multilatéralisme. Et de prouver, en accord avec leur slogan de campagne, que "L’Amérique est de retour".





Dans la même rubrique