Contentieux électoral pour la présidentielle : La Cour étudie une douzaine de recours

Arnaud DOUMANHOUN 18 février 2021

La Cour constitutionnelle, juge du contentieux électoral, pour le compte de la présidentielle du 11 avril prochain, a étudié hier, au cours d’une audience de mis en état, une douzaine de recours. Les plus attendus dans l’opinion publique sont relatifs aux plaignants Reckya Madougou, candidat du parti Les Démocrates, Ganiou Soglo candidat indépendant, Nathanaël Koty candidat du Parti pour l’engagement et la relève (Per), de l’Honorable Ahmed Tidjani Affo de l’Union progressiste (Up).
Pour le candidat Ganiou Soglo, il s’agit d’un recours contre la Commission électorale nationale autonome (Céna) pour violation de la loi n°90-32 portant Constitution du 11 décembre 1990 et de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples. Quant à l’honorable Ahmed Tidjani Affo de l’Union progressiste (Up), il conteste l’authenticité du parrainage portant son nom. La candidate Reckya Madougou qui avait affirmé avoir approché des élus, sans succès parce que des formulaires nominatifs de parrainages seraient confisqués par les responsables des partis Union Progressiste et Bloc Républicain, a saisi la Cour à l’effet d’exiger d’elle l’annulation de la liste provisoire de candidatures rendue publique par la Commission électorale nationale autonome (Cena).
Le candidat Nathanaël Koty saisit la Cour aux fins de voir l’invalidation des trois duos provisoirement retenus. A l’en croire, la Commission électorale a violé les articles 44 nouveau de la constitution et 132 du code électoral portant conditions de candidature aux fonctions de président de la République. Car, le nombre de parrainages exigés par la loi serait de 32 par chaque duo de candidature et non 16. Par ailleurs, le requérant juge également irrecevable, le dossier de candidature du duo Patrice Talon-Mariam Talata Zimé, parce que ce duo est porté par une alliance de partis politiques.
Aussi, au lendemain de la publication de la liste provisoire de candidatures par Cena, le colistier d’Alassane Soumanou Djimba a été contesté devant la Haute juridiction. Le requérant estime que la candidature de Paul Hounkpè doit être invalidée au motif que le candidat serait sous le coup d’une condamnation pénale. La liste n’est pas exhaustive. Mais, on note déjà que ce recours ne peut prospérer. Aussi, ceux de l’Honorable Ahmed Tidjani Affo de l’Union progressiste (Up) et du candidat des Démocrates Reckya Madougou seront rejetés.





Dans la même rubrique