Covid-19 au Bénin : Les précisions du gouvernement sur la répartition des mesures sociales

Arnaud DOUMANHOUN 12 juin 2020

Résilience au choc économique. Le gouvernement béninois a décidé au terme du conseil des ministres du 10 juin, de la mise en œuvre d’une batterie de mesures sociales aux fins d’atténuer les effets de la pandémie de la Covid-19 sur les couches socioéconomiques. Les ministres des finances, du plan et des affaires sociales ont apporté des clarifications sur la répartition desdites mesures.
On retient que la subvention de portée générale annoncée sur les tarifs de l’électricité et de l’eau pour un montant de 5,76 milliards de Fcfa est une prise en charge de la hausse tarifaire sur la consommation qui devrait entrer en vigueur en cette année. En ce qui concerne le soutien d’un montant de 63,38% milliards de Fcfa accordé aux entreprises, les hôtels ayant été réquisitionnés pour la mise en quarantaine ne sont pas concernés. En effet, cette dotation est destinée à la prise en charge, selon le cas, de 70% du salaire brut des employés déclarés sur une période de trois mois, au remboursement des crédits de TVA, à l’exonération du payement de la taxe sur véhicule à moteur pour ceux qui ne l’ont pas encore payée au titre de l’année 2020 ou à sa conversion en crédit d’impôt, au titre de l’année 2021, pour ceux qui l’ont déjà payée, à la prise en charge des loyers commerciaux sur trois mois au profit des agences de voyage déclarées. Elle est aussi destinée à la prise en charge intégrale des factures d’électricité pendant 3 mois pour les hôtels et les agences de voyage à hauteurs de 4,1 milliards.

La mesure relative aux artisans et à ceux exerçant de petits métiers est aussi catégorielle. Après recensement et vérification des 55.000 personnes inscrites sur la plateforme digitale ouverte à cet effet, il ressort que 69,7% sont dans l’informel soit les 2/3.
La répartition selon la ministre chargée des affaires sociales, Véronique Tognifodé est faite en trois tranches. Les montants des bénéficiaires du secteur informel non identifié varient entre 20.000 et 48.000. Ceux du secteur informel identifié varient entre 30.000 et 97.000 Fcfa de subvention mensuelle. Et les bénéficiaires du secteur formel sont dans la fourchette de 45.000 à 130.000 Fcfa.
La question de savoir si derrière les mesures ne se cachent un agenda politique, les ministres Romuald Wadagni des finances, et Abdoulaye Bio Tchané du plan ont répondu par la négation. « Ça n’a aucun caractère politique », affirme Abdoulaye Bio Tchané.
A en croire le ministre Romuald Wadagni, le gouvernement aurait eu pareille intention que pour le compte des élections communales, de mesures fortes seraient annoncées à des fins électoralistes.





Dans la même rubrique