Face au blocus vieux de 60 ans : L’ambassadeur de Cuba s’indigne des nouvelles menaces américaines

Arnaud DOUMANHOUN 11 juin 2019

« Le gouvernement de Cuba ne se laissera pas intimider ». Face aux mesures annoncées notamment le 4 juin 2019 en vue du renforcement du blocus contre le gouvernement Cubain, l’ambassadeur de Cuba près le Bénin n’a pu contenir son indignation. A la faveur d’une conférence de presse vendredi dernier, Yenielys Vilma Regueiferos Linares a indiqué que son pays ne succombera point. Depuis plus de 60 ans, son peuple a pu contenir les assauts de l’impérialisme américain traduit par un blocus économique, financier et commercial. « Le blocus a causé des pertes à l’économie cubaine calculées à plus de 134 milliards de dollars à prix courant. Le 17 avril et récemment le mardi 4 juin, des mesures ont été annoncées pour renforcer ce blocus. Ces mesures touchent non seulement le peuple cubain, mais aussi le peuple américain et les pays du tiers-monde. Et les récentes attaques se fondent sur de faux prétextes… », a déclaré l’ambassadeur de la République de Cuba au Bénin, Yenielys Vilma Regueiferos Linares.
A l’en croire, au nombre des raisons qui sous-tendent le renforcement du blocus figure l’accusation calomnieuse selon laquelle Cuba intervient militairement au Venezuela, un mensonge qui a été rejeté publiquement et de manière soutenue par le gouvernement cubain. « La solidarité de Cuba avec le président constitutionnel Nicolas Maduro et la Révolution bolivarienne est invariable », a-t-elle conclu à ce sujet.

Bon vivre au Cuba en dépit du blocus
L’ambassadeur Yenielys Vilma Regueiferos Linares ne s’est pas figée sur le renforcement du blocus. Elle a mis en exergue les prouesses du gouvernement cubain notamment en ce qui concerne l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement (Omd) mais aussi la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030. « Le taux de mortalité infantile était de pour 1.000 naissances vivantes à la fin de 2018 et il y avait une espérance de vie à la naissance de 78 ans. Cuba a également été le premier pays à valider l’élimination de la transmission du Vih/Sida et de la syphilis congénitale de la mère à l’enfant. Un programme universel de vaccination gratuite contre 13 maladies était appliqué sur l’île, il n’y avait pas d’analphabètes et l’Etat consacrait plus des deux tiers de son budget à l’amélioration des niveaux d’éducation, de santé, de sécurité sociale, de culture, de sport et de recherche scientifique », a-t-elle conclu.





Dans la même rubrique