Gouvernance de la Rupture et présidentielle de 2021 : En tenue de combat, Talon lance l’offensive

Angelo DOSSOUMOU 4 novembre 2020

Il y a des signes qui ne trompent pas. A quelques mois d’une élection cruciale, un président peu habitué à descendre sur le terrain, qui s’auto-flagelle ‘‘d’impopulaire’’ mais paradoxalement s’offre un bain de foule dans des marchés en chantier dans la capitale économique du Bénin, c’est loin d’être un hasard. Autre indicateur, l’uniforme kaki porté par Patrice Talon : une tenue de combat, à tout point de vue, pour certainement envoyer un message fort à ses adversaires dans la course à la Marina. Un peu comme pour leur dire, je suis prêt pour la compétition d’avril 2021 et à passer à l’offensive. Ceci, puisque la meilleure défense, c’est l’attaque et cette descente dans les marchés à Cotonou en attendant certainement d’autres visites dans les tout prochains jours à l’intérieur du pays y ressemble bien.
Ce qui est sûr, depuis hier, tout est clair pour tout le monde : Talon est candidat à sa propre succession. Le petit doute qui pouvait encore exister s’est évaporé. Mais avant d’officialiser sa présence dans le starting-block de la course à la Marina en avril 2021, il a sans doute plus au chef de l’Etat de démontrer à ses détracteurs qu’il y a une nuance entre être impopulaire et être catégoriquement rejeté. Apparemment, il a réussi son exercice puisqu’en lieu et place des hués, il a eu droit à des applaudissements et à ‘‘Talon 10 ans’’. Malgré la dureté de la Rupture, ces bonnes dames souvent acerbes, quand l’occasion leur est donnée, contre une gouvernance qui a rendu le panier de la ménagère plus léger qu’il n’en faut, n’ont pipé mot. Alors, en voyant ces signes ou cet engouement à porter le chantre du Nouveau départ, s’ils sont vraiment spontanés, il faut d’ores et déjà retenir, qu’en dépit de tout, Patrice Talon est l’homme de la situation. Cela suppose que l’opposition qui pensait que l’impopularité est synonyme de rejet total devra mieux travailler ses muscles avant de s’inviter sur le ring de la présidentielle de 2021 pour défier l’actuel locataire de la Marina.

Aux urnes, une autre réalité !
Seulement, et c’est une vérité absolue, entre la foule et les vrais partisans, prêts à aller aux urnes pour marquer leur soutien à un idéal, il y a une sacrée différence. Pour être plus explicite, une personnalité de la trempe de Talon dans des marchés, c’est avant tout un spectacle. D’ailleurs, et contrairement à son prédécesseur, il ne raffole pas des sorties sur le terrain et donc, c’est une immense joie pour les femmes du marché de pouvoir se vanter d’avoir été en contact d’aussi près du premier magistrat. Bref, pour un candidat à la présidentielle, avant d’avoir le cœur net sur une éventuelle adhésion populaire, il faut convaincre l’électorat par les actes, la vision et des propositions concrètes
Pour l’instant, Patrice Talon, avant de véritablement entrevoir une réélection en 2021, a un bilan à défendre devant ses compatriotes. Quant à ses opposants, ils sont appelés à dévoiler un projet de société très ambitieux et sans démagogie. Ce n’est qu’à ce prix, que les populations peuvent juger de l’opportunité d’une continuité ou d’une alternance à la tête de l’Etat. Sinon, des bains de foule, tous les prétendants à la Marina peuvent se l’offrir. Et donc, ce qui compte c’est la persuasion des électeurs et pour ça, visiblement Patrice Talon est prêt à mouiller sa tenue kaki. Reste à voir si ses potentiels challengers s’en laisseront conter.





Dans la même rubrique