Impressions de quelques personnalités politiques sur les 4 ans de gestion de Patrice Talon

Karim O. ANONRIN 6 avril 2020

El Hadj Saliou GBADAMASSI, Vice-président du PRD
« Il n’y a pas cette région du Bénin qui ne soit pas impactée par les actions du gouvernement »

« …D’abord, je voudrais préciser que je ne me prononce pas sur les 4 ans de gestion du président Patrice Talon à la tête du pays pour le compte du Parti du renouveau démocratique (PRD) dont je suis un membre actif. Je me prononce en tant que citoyen béninois. Depuis l’avènement du régime de la rupture, beaucoup de choses ont été faites pour le développement de notre pays, le Bénin. Ce qui m’a le plus marqué, c’est la volonté du président Patrice Talon de développer le Bénin de façon équilibrée. Il n’y a pas cette région du Bénin qui ne soit pas impactée par les actions du gouvernement du président Patrice Talon. Je m’en voudrais de ne pas citer la ville de Porto-Novo, la Capitale du Bénin. En tant que membre du Conseil municipal de cette ville, je suis bien placé pour vous dire que le Programme d’Actions du gouvernement (PAG) est venu soulager nos efforts pour rendre à cette ville ses lettres de noblesse. Grâce à nos équipes techniques, nous avons su identifier les rues et autres axes routiers qui constituaient un calvaire pour les populations surtout au cours des saisons pluvieuses pour qu’elles bénéficient du vaste programme d’asphaltage contenu dans le PAG. Aujourd’hui, les résultats sont là et désormais la ville se modernise. Les actions du président Patrice Talon ont connu du succès dans maints domaines comme celui de l’énergie, de l’eau, et j’en passe. Au plan politique, je puis dire que je suis fier que ma formation politique, le PRD, ait choisi faire chemin avec le régime du président Patrice Talon même sans une participation au gouvernement depuis 2016. Personne ne peut dire le contraire. Le plus important aujourd’hui est que ce nouvel élan que le président Patrice Talon est en train d’insuffler au développement de notre pays se poursuive. Il vient de faire quatre ans à la tête du pays. Mathématiquement, nous ne sommes pas à la fin du quinquennat. Alors, nous prions Dieu de le fortifier dans son combat contre la pauvreté, l’impunité, la corruption et pour le bien-être du peuple qu’il dirige depuis quatre ans… »

Députée Chantal AHYI, membre du Bloc Républicain
« En quatre années d’exercice du pouvoir, les fruits semblent tenir la promesse des fleurs »

« …Voilà exactement quatre ans que le président élu au second tour des élections présidentielles de 2016, monsieur Patrice Talon, a prêté serment au Stade Charles de Gaulle de Porto-Novo, Capitale du Bénin. En quatre années d’exercice du pouvoir, les fruits semblent tenir la promesse des fleurs. Il n’est pas encore venu le temps du bilan de la gouvernance du président Patrice Talon. Pour l’heure, il est indéniable que la confiance placée en cet homme est une décision salutaire pour le Bénin. Les preuves en sont les réformes politiques dont les contraintes nous permettent de partir de trente-quatre partis politiques lors des élections municipales, communales et locales en 2015 à cinq formations politiques pour les élections municipales et communales qui s’annoncent pour cette année 2020 . Les preuves sont également les infrastructures routières et d’assainissement à travers plusieurs villes du Bénin modernisant ainsi petit à petit notre pays. C’est surtout l’eau potable dans plusieurs régions du pays où ce liquide précieux est resté quasi-inexistant pendant plusieurs décennies. Les preuves, c’est indubitablement l’assainissement des finances publiques à travers une gestion rigoureuse des ressources de l’Etat et la fin de l’impunité sur toute la chaîne de l’administration publique. La matérialisation de cette confiance se lit aisément à travers la médiation personnelle du Chef de l’Etat, le président Patrice Talon, pour le règlement des conflits religieux. Enfin, ce sont également les réformes institutionnelles ayant abouti à la révision de la Constitution avec la nécessaire institution de la Cour des comptes, la garantie de l’entrée d’au moins vingt-quatre femmes à l’Assemblée nationale dès la neuvième législature. En définitive, le président Patrice Talon, aura tenu parole au regard des promesses de réformes, non sans difficulté, le plus important étant de continuer la marche résolue vers le développement de notre pays. A l’instar de Feu président Félix Houphouët-Boigny qui a marqué positivement l’histoire de la Côte d’Ivoire, le président Patrice Talon est en train de nous prouver qu’il est un grand bâtisseur. Nous souhaitons au couple présidentiel de réussir avec autant de clairvoyance, autant de justice, autant de mesure et enfin dans la discrétion et la crainte de Dieu qui le caractérisent à construire le Bénin... »

Député Patrice Agbodranfo NOBIMÈ, membre de l’Union Progressiste
« L’asphaltage dans nos villes est une réalité indiscutable »

« ...Nous sommes encore à un an de la fin du premier mandat du président Patrice Talon. Si nous voulons faire de comparaison, à la même période pour le premier mandat du régime défunt, je puis dire qu’il n’y a pas photo. Le gouvernement du président Patrice Talon est en train de réussir son mandat. Beaucoup de choses ont été faites et même les aveugles peuvent le sentir. Mieux, si vous avez l’occasion de parcourir tout le pays, vous verrez qu’il est véritablement en chantier. L’asphaltage dans nos villes est une réalité indiscutable. Sur le plan politique, nous pouvons citer la réforme du système partisan qui nous a permis d’avoir une douzaine de partis politiques au lieu de plus de 250 comme par le passé. C’est également grâce au Président Talon que l’on parle de 12 départements avec un préfet nommé pour chacun. Je ne soutiens pas les actions du gouvernement pour soutenir. Ma fierté est que je ne regrette pas d’avoir soutenu ce gouvernement parce que lorsqu’il promet, il le fait. Le gouvernement du président Patrice Talon mène des actions qui parlent. Je ne doute aucunement qu’il en sera ainsi jusqu’à la fin du mandat et nous ferons le bilan. D’ores et déjà, je puis dire toute ma fierté d’être un soutien au président Patrice Talon. C’est le lieu pour d’inviter tous le peuple béninois en général, les militants et militants du parti Union Progressiste en particulier à rester mobilisés derrière le régime de la rupture. Le meilleur reste à venir… »

Député Robert Gbian, membre du Bloc Républicain
« Il fallait les réformes pour placer ce pays sur les rails du développement »

« …Il y a de cela quelques mois, je disais à un journal que le président Patrice Talon est en train de redresser le Bénin. Je pense que nous pouvons désormais toucher du doigt ce redressement. En effet, au début de son quinquennat qui prendra fin dans douze mois, il y a eu beaucoup de grincements de dents non seulement parce que certains doutaient de la capacité du président Patrice Talon à bien gérer le pays, mais également parce que certains qui connaissaient la rigueur de la gestion de l’homme, savaient qu’il fallait serrer les ceintures pour supporter les réformes annoncées. Si vous questionnez les mêmes personnes aujourd’hui, ils ne vous cacheront pas leur enthousiasme s’ils veulent se montrer vraiment sincères. Ils vous diront certainement qu’il fallait les réformes pour placer ce pays sur les rails du développement.
Je ne me mettrai pas à citer les réalisations du gouvernement de la rupture secteur par secteur. Tout le monde voit les changements opérés dans le pays depuis 4 ans. Je préfère vous parler de la bonne gouvernance sous le régime de la rupture, une chose que nous avons toujours souhaitée de tous nos vœux sous les régimes défunts. Grâce aux efforts du gouvernement du président Patrice Talon, le Bénin dispose désormais d’une juridiction qui fait un travail titanesque contre l’impunité. Je veux citer la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). Des milliers de citoyens qui se sont rendus coupables de détournement de deniers publics répondent de leurs forfaits directement devant la CRIET. La bonne gouvernance, c’est aussi la capacité du gouvernement à faire face aux crises les plus difficiles pour notre économie. Depuis plusieurs mois, le Nigeria a fermé ses frontières terrestres avec le Bénin ralentissant ainsi les activités économiques susceptibles de permettre à l’État béninois de renflouer ses caisses. Et pourtant, les salaires des travailleurs sont payés. A cela, s’est ajoutée la crise sanitaire due à la pandémie du Covid-19 qui a engendré la fermeture des frontières terrestres avec les autres pays voisins du Bénin. C’est cette même bonne gouvernance qui a amené notre pays à relever de nombreux défis dans le domaine de l’agriculture avec une production jamais égalée du coton, de l’anacarde comme dans la sécurité des biens et des personnes avec une baisse drastique de la criminalité sous toutes ses formes.
Les quatre premières années du quinquennat du président Patrice Talon ont été marquées par des réformes politiques avec l’appui de l’Assemblée nationale. Je suis particulièrement fier d’avoir contribué, en tant que député, à ces réformes. Nous avons aujourd’hui un paysage politique national clair. Nous avons aujourd’hui des partis politiques d’envergure nationale et les prochaines élections municipales et communales permettront de clarifier davantage ce paysage. Tout ceci est à l’actif du président Patrice Talon qui a placé les réformes au cœur des actions à la tête du pays. Beaucoup de choses restent encore à faire et nous restons convaincus qu’avec le président Patrice Talon, notre marche vers un Bénin prospère et développé est irréversible… »
Propos recueillis par Karim Oscar ANONRIN





Dans la même rubrique