Le president français au Bénin : Macron, Kwabo !

27 juillet 2022

Excellence M. le Président de la République de France,
Vous avez décidé de fouler le sol de notre pays le Bénin. Par ce geste, vous témoignez l’admiration du peuple français au peuple béninois, un peuple qui a décidé désormais de prendre son destin en main. En effet, nous avons compris que nous ne serons conviés au banquet de l’universel qu’autant que nous aurions mérité d’y être. Pour cela, il a fallu l’avènement de votre homologue Patrice Talon qui a remis le peuple béninois au travail. La situation est certes dure, pénible mais déjà, nous apercevons les fruits des efforts et il vous suffira de faire un tour dans la ville de Cotonou pour vous rendre compte qu’avec peu de moyens, on peut bien assainir son cadre de vie. Notre administration publique a cessé d’être un chienlit. Nos syndicalistes ont abandonné le ‘‘singicalisme’’ et désormais, le travail est la chose la mieux partagée au Bénin. Cette expérience peut même vous inspirer puisque votre patrie la France continue hélas d’être le théâtre des grèves qui rendent impossibles les réformes.

Cher Président Emmanuel Macron,
De votre visite, nous n’attendons pas de chèque. Juste un encouragement afin que nous puissions poursuivre dans l’effort et cet encouragement, nous l’attendons d’un seul côté : celui de la formation de l’homme. En effet, en attendant que la nouvelle école béninoise ne renaisse de ses cendres, les enfants du Bénin continuent malheureusement d’aller chercher le savoir dans les universités de l’Hexagone et votre dernière décision d’augmenter les frais d’inscription pour les étrangers est mal appréciée par la jeunesse béninoise en particulier et celle africaine en général. Au vu de cette triste réalité, nous souhaitons de vous un geste pour les étudiants béninois. Une façon d’appeler les autres Présidents africains à s’inscrire dans une meilleure gouvernance de leurs pays respectifs. En attendant cette annonce, soyez le bienvenu sur la terre de Béhanzin, Bio Guerra et Kaba. Hier, ces héros ont combattu l’envahisseur. Aujourd’hui, leurs petits-fils accueillent le petit-fils du colonisateur pour qu’ensemble, une nouvelle relation se tisse au profit des deux peuples. Ce n’est qu’à ce seul prix, que l’immigration et toutes les autres situations déconcertantes non seulement pour votre pays, la France mais aussi pour l’Afrique trouveront une solution salutaire. Sur ce, vive la coopération bénino-française et bon séjour à vous !
La Rédaction du journal Fraternité





Dans la même rubrique