Naissance du Front d'action pour la continuité : Fruit d’un symposium parrainé par Salimane Karimou à Sakété

Karim O. ANONRIN 14 septembre 2020

Les mouvements politiques FUND-Irédé, MEEND, FAN CLUB OURAGAN, MESACE, NOUS PEUPLE, FEER et ROSEB pour ne citer que ceux-là viennent de se réunir dans un seul creuset dans la perspective de la présidentielle de 2021 et pour la pérennité du régime du ‘’nouveau départ’’. Il ont créé le Front d’action pour la continuité (FAC) à l’issue d’un symposium national organisé le samedi 12 septembre dernier au siège de l’Institut de recherche en éducation pour le développement (IREDE) à Sakété sur le thème : « Parti ou mouvement politique : quel est le meilleur choix pour une victoire électorale légale et légitime ? » et sous le parrainage de Salimane Karimou, Ministre des enseignements maternel et primaire et membre fondateur du parti Union Progressiste (UP). Dans la déclaration finale du symposium en question, déclaration lue par Mescario d’Almeida au nom de ses paires, les objectifs visés par le FAC ont été clairement déclinés. « Le FAC se veut être un mouvement d’envergure nationale du nord au sud, de l’est à l’ouest (…) La coordination nationale du FAC devra se doter d’une feuille de route pour la mise en place de ses structures au niveau de chaque département, de chaque commune, de chaque arrondissement et de chaque village à l’effet d’assurer un taux de participation estimé à au moins 70% à l’élection présidentielle de 2021… », a-t-il dit. Aussi, les participants dans leur déclaration ont-ils tenu compte d’un certain nombre de principes comme celui de la liberté d’expression dans toute démocratie, du fait que l’existence des mouvements politiques n’empêche pas le bon fonctionnement des partis et qu’ils constituent plutôt des creusets sur lesquels les partis politiques peuvent compter pour ratisser large. Ils n’ont pas manqué d’évoquer les différentes réformes entreprises par le régime de la rupture avec l’appui de l’Assemblée nationale sur le plan politique. Enfin, à l’unanimité, ils ont confié la coordination du creuset au Ministre Salimane Karimou.

Un symposium qui relance la question de la réforme du système partisan
L’organisation du symposium national du 12 septembre 2020 à l’Institut de recherche en éducation pour le développement (IREDE) n’est pas un fait du hasard. Ce symposium intervient à un moment où l’on constate au Bénin, un regain d’activités des mouvements politiques que d’aucuns espéraient voir disparaître avec le nouveau système partisan. D’ailleurs, les participants ont eu l’opportunité d’opiner sur le sujet après deux communications. Il s’agit de la communication sur le thème du symposium présentée par le journaliste et analyste politique, Rachidi Odjo pour qui l’on peut être membre actif aussi bien d’un parti politique que d’un mouvement politique et de la communication présentée par le spécialiste des questions électorales, Clotaire Olihidé sur les différentes lois relatives au nouveau système partisan au Bénin. Le moins qu’on puisse dire est que les participants au symposium sont arrivés à la conclusion que les mouvements politiques sont incontournables pour la victoire du régime de la rupture à l’élection présidentielle de 2021. Ce fut surtout pour le parrain de l’évènement, Salimane Karimou, l’occasion de rappeler que l’initiative du symposium n’est nullement pour faire le procès des formations politiques issues de la réforme du système. Pour lui, l’enjeu est de travailler sur le terrain pour un fort taux de participation à l’élection présidentielle de 2021. Par ailleurs, il a pris l’engagement de travailler à ce que le Front d’action pour la continuité (FAC) atteigne les objectifs qu’il s’est fixés dans une dynamique d’occupation du terrain pour partager avec les populations les avancées que le Bénin a connues depuis l’avènement du régime de la rupture. Il faut noter que le FAC reste ouvert à tous les mouvements partageant les idéaux qu’incarne la rupture.





Dans la même rubrique