Nouveau gouvernement de Patrice Talon : Les grandes leçons d’un remaniement ministériel

Angelo DOSSOUMOU 7 septembre 2019

Le judicieux clin d’œil à la jeunesse

Elle est enfin là. Après de longs mois d’attente, le troisième gouvernement du président Patrice Talon a été dévoilé hier. Si des postes ont été saucissonnés et l’équipe un tout petit peu élargie, l’une des plus grosses remarques, c’est le renforcement de la jeunesse. Aux jeunes déjà présents à l’instar des ministres Romuald Wadagni, Oswald Homeky, Sam Adambi, Aurelie Zoumarou Soulé, Benjamin Hounkpatin, Modeste Kérékou, viennent s’ajouter Sadia Assouma, Jean Michel Abimbola et Me Alain Orounla.
En somme, une bonne dizaine de jeunes qui continuent de bénéficier de la confiance du chef de l’Etat. Comme quoi, il suffit juste de mettre la jeunesse consciente et capable à l’épreuve et, dans bien de cas, elle arrive à se mettre à la hauteur du défi et à séduire. Et cette audace qui porte des fruits et permet de croire que la relève est presque assurée, il faut le mettre à l’actif du chantre du Nouveau départ. Cependant, il revient aux nouveaux jeunes ministres d’emboîter le pas à leurs prédécesseurs. Car, la continuité de cette confiance renouvelée à l’endroit de la jeunesse dépend exclusivement d’eux. Alors, un seul slogan pour les motiver et les inciter à plus d’énergie et de travail : « Jeunes, rendez-nous fiers » !

Talon, la fidélité inébranlable au pré carré d’as
Une attitude, une constance et presque toujours les mêmes autour de lui. Pour cette fidélité qui dure et perdure à ses plus proches collaborateurs, certains l’apprécient et d’autres, beaucoup plus portés vers un Turn-over afin que le maximum de ses soutiens notamment ceux des premières heures puissent goûter à la chose, le critiquent. Mais, Patrice Talon ne fait depuis son accession au pouvoir en avril 2006 que du Patrice Talon. Il ne se renie pas et une nouvelle fois encore, la liste du tout nouveau gouvernement le démontre. Sauf l’exception de la ministre Odile Attanasso, le carré d’as est toujours en place. Il suffit de jeter un coup d’œil sur la liste pour comprendre qu’il n’y a pas un grand chamboulement. Bien au contraire avec le ministre Hervé Hêhomey, un fidèle des fidèles qui revient aux affaires.
Au finish, pour mieux définir le chef de l’Etat béninois, il faut comprendre qu’il ne renie pas facilement les siens. Dommage, pour ceux qui espéraient profiter d’un vrai coup de balai pour s’insérer dans ce précieux carré d’as et sans vouloir précéder les choses, il est fort à parier qu’à l’allure où vont les choses, ils sont une bonne dizaine qui finiront ce premier mandat avec l’actuel homme fort de la Marina. Et ça, chacun ne peut l’analyser que suivant le prisme de sa position politique et de ses intérêts. Ainsi va la vie.

Sérénité pour les ministres élus députés
Tous sont restés. Les ministres élus députés et qui ont fait leur retour au gouvernement n’ont pas bougé. Le risque pris par eux ne leur a pas été préjudiciable. Le chef de l’Etat ne leur a pas fait l’affront de les écarter alors qu’ils avaient pris un grand risque en restant à ses côtés. Pêle-mêle, Cakpo Mahougnon, Abdoulaye Bio Tchané, Sacca Lafia, Oswald Homeky, Alassane Séidou, Fortuné Alain Nouatin après avoir fait un bref séjour au Palais des gouverneurs continueront de marquer de leur présence les séances hebdomadaires du Conseil des ministres. Sans doute, là encore, avant ce retour au bercail gouvernemental, point besoin d’être un devin avant de comprendre que Patrice Talon a rassuré ses fidèles et a tenu à ses promesses.
Finalement, avec cet homme de parole, ses collaborateurs ne doivent pas avoir du mal à lui faire confiance. Du moins, cela doit être clair pour ceux qui travaillent avec lui que quand il donne les directives, inutile de faire le contraire. En définitive, sur des certitudes et avec des hommes-clé, Talon aime travailler et ce n’est pas demain que cela changera.





Dans la même rubrique