Présidentielle de 2021 : Les populations de Porto-Novo s'alignent derrière le duo Kohoué-Agossa

Isac A. YAÏ 7 avril 2021

Le duo de la vague Orange a communié avec les populations de Porto-Novo ce mardi. Longtemps attendue, l’alliance entre la cité des aïnonvi et la dynamique RLC est devenue une réalité.
Nombreux étaient-ils à effectuer le déplacement sur l’esplanade de l’Assemblée nationale pour le géant meeting de prise de contact et d’implantation formelle locale de la dynamique RLC. Dans la cité des aïnonvi, les militants se sont mobilisés en masse. Pour leur rendre la pareille, Iréné Agossa a exposé un projet de société ambitieux pour le pays au cours du prochain quinquennat. Et au-delà du soutien sur place, il attend des populations, une belle preuve d’adhésion le 11 avril prochain. Appelant la population à sortir massivement pour voter pour le duo Kohoué-Agossa, le vice-président a martelé que son engagement est la restauration de la confiance du peuple. C’est pourquoi il a intitulé son projet de société ‘’Pour que le peuple s’exprime’’. Une confiance qui selon lui, a déserté le forum depuis quelques années. Parmi les aspects du programme qu’il a évoqué, il y a la question de la jeunesse, de l’éducation, l’énergie, l’emploi des jeunes, l’économie, l’agriculture. A en croire Iréné Agossa, aucun domaine de la vie socio-économique ne sera laissé pour compte quand son duo remportera la compétition électorale. La vague Orange embrasse ainsi la capitale du Bénin. Les populations de ‘’Hogbonou’’ sont désormais informées du programme du duo Kohoué-Agossa et se sont engagées à en être les relais jusqu’à la victoire finale.

Déclaration de Irenée Agossa
« Les enfants ont peur de tout. La population a peur des institutions. Tout le monde a peur. Il n’y a plus la confiance. Nous ne pouvons pas rester dans cette situation indéfiniment. C’est pourquoi nous avons décidé de mettre notre campagne sous le sceau de la restauration de la confiance. Il faut que chaque Béninois puisse, à travers cette campagne, retrouver la confiance. Nous devons le faire en ayant la foi, pour gagner ce combat. Ce combat est un combat de foi, d’engagement et d’audace. Nous avons pris l’audace qu’il faut pour avoir les parrainages. Nous avons cru avoir l’intelligence qu’il faut pour discuter et avoir le parrainage, et permettre à vous qui n’êtes pas satisfaits de ce régime d’aller vous exprimer à travers les urnes. Nous avons fait l’option de changer le pays, à travers une alternance par les urnes. Nous avons dit non à la violence, à la guerre. Personne ne s’en sort après une violence. Les amis de la Côte d’Ivoire ont perdu des milliers de fils pour finir par élire un chef d’Etat, pour finir par s’entendre. Nous n’allons pas faire cette expérience. Nous avons demandé que, par les urnes, comme vous avez l’habitude de le faire, vous l’avez prouvé à plusieurs reprises, le Béninois soit capable de changer ce qui l’embête. Nous irons voter pour dire non à ce que le Président est en train de faire. Nous irons voter pour lui dire que nous sommes capables de tout changer. Nous allons quitter un Etat de loi pour un Etat de droit. Il a changé notre pays en ayant un parlement qui est seulement mis pour faire sa volonté unique. Ce n’est pas bien. Nous devons changer cela pour permettre à la jeunesse, à nos femmes, à la population de retrouver l’espoir, et que notre pays puisse retrouver son élan démocratique. Nous allons prendre le pouvoir pour permettre à ce que tous les réfugiés et prisonniers politiques soient libres de leur mouvement et participent au développement du Bénin. Nous allons changer cette Constitution par un référendum qui va permettre à tout le peuple de s’exprimer sur cette Constitution. Nous allons faire en sorte que ce que nous vivons aujourd’hui s’arrête, à travers les mesures que nous avons prises, en prenant les dispositions sur ce que nous appelons le Fonds de solidarité pour les pauvres. Ceci pour relancer la consommation à la base.

Mes chers amis,
Nous avons autant de projets, qu’il s’agisse de l’emploi, l’énergie, et autres, nous avons ce qu’il faut pour faire démarrer notre pays. L’essentiel est de croire d’abord en vous, ensuite nous, et d’être derrière nous pour un dénouement heureux. Je vais vous dire ceci : Dieu ne choisit pas les qualifiés. Il qualifie ceux qu’il appelle. C’est les hommes qui choisissent les qualifiés. Nous autres avons été appelés. C’est pourquoi nous sommes qualifiés. Si vous nous suivez, cela veut dire que vous êtes aussi appelés. C’est pour cette raison que, en nous suivant, nous allons sauver ce pays. Nous sommes la seule voie aujourd’hui. Allez noter ! Le 11 avril prochain, nous serons la seule et unique voie pour ramener la paix dont on a besoin. Aucune forme d’extrémisme ne pourra nous permettre de nous en sortir. La violence ne peut pas nous permettre de nous développer. N’allons pas vers la violence. La seule chose qui peut nous permettre de nous en sortir dans la paix, c’est la sanction des urnes. Vous pouvez aller voter contre lui, vous n’avez besoin d’aller vous exposer. Mais vous avez la capacité de vous exprimer à travers les urnes. Il ne peut pas voler la victoire du peuple. Alors, votez pour nous, et cela pourra permettre à ce pays de s’en sortir. Je vous prends pour témoin. Ce peuple a besoin de paix. Et notre programme est le meilleur. C’est pourquoi ils ont refusé le débat contradictoire qui devrait avoir lieu entre vice-présidents et les présidents. Nous étions prêts, et nous l’avons signifié à la Haac. Nous sommes prêts pour ce débat. Parce que c’est en ce temps que Talata, Hounkpè et moi allons nous asseoir pour dire ce que nous savons faire, nous sommes capables de défendre. Je veux les voir se défendre. Je les demande sur le ring pour que nous puissions faire ce débat avant le premier tour ».





Dans la même rubrique