Publication du calendrier électoral : La balle dans le camp des potentiels candidats

Arnaud DOUMANHOUN 12 janvier 2021

La Commission électorale nationale autonome (Cena) a rendu public, lundi 11 janvier 2021, le calendrier électoral devant conduire à l’élection présidentielle du 11 avril prochain. A en croire le président de la Cena, Emmanuel Tiando, la publication de ce calendrier est conforme à l’article 59 de la loi 2019-43 du 15 novembre 2019 portant code électoral en République du Benin. Le calendrier électoral est « rendu public par le Président de la Cena, quatre-vingt-dix (90) jours avant la date du scrutin. Aussi, il devra être publié par voie de presse et tous autres canaux appropriés ».
Par ailleurs, dans le cadre de l’application de ladite loi, le Conseil des ministres a adopté le décret 2020-563 du 25 novembre 2020 portant modalités d’élaboration du calendrier électoral. Et selon l’article 3 de ce décret, le calendrier est élaboré par la Cena en concertation avec les autres institutions de la République impliquée dans l’organisation du scrutin. A juste titre, une séance de concertation s’est tenue du 29 décembre 2020 au 08 janvier 2021 entre les membres de la Cena, du Cos-Lépi et de la Cour Constitutionnelle. Au dire du président Emmanuel Tiando, c’est au terme de ces échanges que la Cena a élaboré son calendrier électoral pour le compte de la présidentielle du 11 avril 2021.

La balle dans le camp des potentiels candidats
« Que chaque acteur exécute convenablement la mission qui lui est confiée ». Tel a été le message du professeur Emmanuel Tiando au lancement de ce calendrier électoral. Le président de la Cena a été un peu plus clair en apostrophant les acteurs politiques. « Ne venez pas à la dernière minute nous fatiguer.. », a-t-il lâché, invitant ainsi les représentants des partis, à tout mettre en œuvre pour que leurs élus se conforment au délai (du 12 au 31 janvier) en ce qui concerne les formulaires nominatifs de parrainage de candidature à l’élection présidentielle.
En réalité, les acteurs politiques pressent rarement les pas devant la Commission électorale nationale autonome (Cena). Bien souvent, tout se joue à la dernière minute avec des chamboulements de dossiers. Emmanuel Tiando parle en connaissance de cause. Si l’institution qu’il dirige place en tête des 17 activités qui devront meubler le processus, les formulaires nominatifs de parrainage, c’est au regard du caractère éliminatoire du défaut de cette précieuse pièce dans le dossier des candidatures. Chaque candidat devrait disposer de 16 actes de parrainage. Une mince affaire pour certains, une épreuve pour d’autres. Mais les actes de parrainage ne sont pas les pièces au dossier de déclaration de candidature qui seront enregistrés au siège de la Cena du 1er au 4 février 2021. Le vœu de la Cena est de voir chaque potentiel candidat faire diligence. Mais pour cela, il faudra implémenter une nouvelle dynamique au sein des états-majors des formations politiques. Car, à quelques mois de la présidentielle, la sérénité n’est visiblement pas de mise. Certains partis en sont à l’étape des primaires. D’autres, bien loin de cette étape, continuent de chercher leur marque. Conséquence, aucune candidature affirmée n’est révélée à l’opinion publique. C’est dans cette incertitude que la Cena met à disposition des députés et maires, dès ce jour, les formulaires nominatifs de parrainage de candidature à l’élection présidentielle. C’est dire que les inquiétudes du président Emmanuel Tiando sont fondées et les acteurs devront saisir cette balle qui est désormais dans leur camp.





Dans la même rubrique