Rencontre à la Présidence : Ce que Talon et les partis politiques se sont dit

Isac A. YAÏ 3 juin 2020

Patrice Talon, président de la République du Bénin a rencontré cet après-midi du mercredi 3 juin 2020 à la Présidence, l’ensemble des partis politiques ayant pris part au processus électoral du 17 mai 2020. Selon les invitations adressées aux partis, cette rencontre a été initiée afin de clarifier les dispositions concernant les modalités de désignation ou d’élection des maires ainsi que de leurs adjoints selon la loi interprétative du code électoral votée par les députés le 2 juin 2020. Tous les partis invités ont répondu présents à cette rencontre. Il s’agit de
1- Forces Cauris pour un Bénin émergent (FCBE) ;
2- Mouvement des Elites engagées pour l’Emancipation du Bénin (MOELE-Bénin) ;
3- Bloc républicain (BR) ;
4- Parti du Renouveau démocratique (PRD) ;
5- Union démocratique pour un Bénin nouveau (UDBN) ;
6- Union progressiste (UP) ;
7- Mouvement populaire de Libération (MPL) ;
8- Force Cauris pour le Développement du Bénin (FCDB) ;
9- Parti pour l’Engagement et la Relève (PER).
Aux termes des échanges qui leur ont permis d’exprimer, à l’unanimité, leurs appréciations positives sur l’initiative de la concertation, ces partis ont marqué leur adhésion à la réforme effectuée tout en formulant quelques réserves que les explications ont permis de dissiper. Certains ont, tout en approuvant la pertinence de la démarche, dit qu’ils auraient aimé qu’elle intervient en amont.
Le Chef de l’Etat a estimé que l’Assemblée nationale, initiatrice de la loi, aurait effectivement pu organiser cette consultation avec les partis politiques.
N’ayant pas enregistré de réserve particulière, le Président de la République s’est engagé à procéder à la promulgation de la loi interprétative ainsi votée après que la Cour constitutionnelle qu’il a saisie aux fins d’en vérifier la conformité l’aura validée.
Les partis qui ont pris la parole ont souhaité que des alliances de toutes sortes puissent se faire dans les communes (cas des FCBE) sans que cela remette en cause les positions de chaque parti sur l’échiquier politique national.
Certains ont profité de l’occasion pour demander au Chef de l’Etat de rééditer cette initiative en l’élargissant aux partis qui n’ont pas pris part au processus électoral. Ce à quoi le Chef de l’Etat a répondu qu’il est favorable. Ainsi, le moment venu, il prendra l’initiative d’une rencontre pour discuter, sans tabou, avec eux pour se convaincre mutuellement de la pertinence des réformes ou de la nécessité d’y apporter des amendements.





Dans la même rubrique