Rentrée gouvernementale ce jour : A 19 mois de la fin d'un mandat, la course contre la montre

Moïse DOSSOUMOU 26 août 2019

Retour au charbon pour les membres du gouvernement. Ils ont bénéficié de quelques semaines pour souffler et décompresser. En famille, entre amis, ici ou à l’étranger, chaque ministre en a profité à sa manière. Le chef de l’Etat et certains de ses proches collaborateurs ne sont pas du reste. C’est le moment de se replonger dans les dossiers de la République. Ce lundi 26 août marque la rentrée gouvernementale. A 19 mois de la fin du quinquennat, la course contre la montre est lancée. Plusieurs dossiers attendent d’être finalisés.
Brûlant parce que d’actualité, le dossier relatif à l’évaluation diagnostique des enseignants couplé à l’imminence de la rentrée scolaire sera examiné avec minutie. Les résistances et récriminations engendrées par ce chantier gouvernemental conduit presqu’à terme et les conséquences sur la carrière des enseignants soulèvent beaucoup d’interrogations. Dans quels secteurs d’activités les enseignants reconnus peu qualifiés au terme des résultats de ce test d’aptitude seront-ils appelés à servir ? Bien que préalablement formés, ceux qui seront recrutés pour combler le gap pourront-ils développer in situ les automatismes nécessaires pour inculquer le savoir ? La fronde sociale ne sera-t-elle pas animée dès que la décision de radiation de ceux qui ont opté pour le boycott sera prise comme annoncée ? Voilà des chantiers d’importance dont la gestion requiert du doigté et de l’énergie. Il faut espérer que les ministres ont fait le plein d’énergie pour y faire face.
L’autre sujet très important sur lequel est attendu le gouvernement, c’est la réalisation de diverses infrastructures. C’est un fait aujourd’hui que plusieurs ouvrages ont été lancés. L’asphaltage à lui seul mobilise plusieurs entreprises et des milliers d’ouvriers. Dans plusieurs villes, des rues attendent d’être revêtues soient de bitume, soit de pavés avec des ouvrages confortatifs par endroits. Un suivi rigoureux à ce niveau est attendu d’autant plus que le gouvernement a promis n’avoir aucun éléphant blanc dans son passif. Les ouvrages lancés à tour de bras, quand s’achèveront-ils ? Il faut bien que les riverains soient délivrés de la galère des chantiers routiers et surtout que les populations en jouissent. Au-delà de l’asphaltage, d’importants chantiers routiers ont aussi été lancés. Il est impérieux de suivre tout ceci de près afin que ces travaux se poursuivent sans encombres.
L’autonomie énergétique également a été promise aux populations. Des travaux d’une certaine intensité ont été réalisés sur le site de Maria Gléta en vue d’accroître la production nationale. Sur ce plan les choses ont sérieusement évolué car le lancement est imminent. Il ne restera que la maintenance et à moyen terme le lancement de travaux similaires dans d’autres localités pour se mettre durablement à l’abri.
L’autre attente des Béninois est relative à l’institution d’un dialogue politique authentique. Inutile de revenir sur les législatives du dimanche 28 avril dernier et ses corollaires. Certes, tout est calme. Mais les plaies doivent être pansées et la cohésion nationale retrouvée. C’est un chantier capital sur lequel Patrice Talon est attendu. Aujourd’hui plus qu’hier, le temps dont il dispose pour mener le navire Bénin à bon port est très limité.





Dans la même rubrique