Retrait des formulaires nominatifs de parrainage : 9 maires et 12 députés pressent les pas à la Cena

13 janvier 2021

Rompre avec les habitudes. 9 maires et 12 députés ont retiré, hier mardi 12 janvier au siège de la Cena à Cotonou, leurs formulaires nominatifs de parrainage de candidature pour le compte de la présidentielle de 2021. C’est dire que très tôt, ils ont pris la mesure de l’enjeu. Contrairement aux habitudes, les agents de la Commission électorale nationale autonome (Cena) ne se sont pas rongé les ongles. Au titre des maires ayant effectutés le déplacement, on peut citer d’Alméida Ruffino (maire de Bohicon), Ganhoutodé Gabriel (maire d’Avrankou), Fagnon Nicaise (maire de Dassa-Zoumè), Tamou Bio Sarako, (maire de Banikoara), Agossou Magloire (maire de Dangbo), Gbédjékan Coffi Dieudonné (maire de Klouékanmè), Marc Gandonou (maire des Aguégués), Rogatien Akouakou (maire de Tori-Bossito) et Alassane Abdoulaye Nouhoum (maire de Pèrèrè).
Annoncée donc pour se dérouler du 12 au 31 janvier 2021, la première journée de l’étape de délivrance des formulaires nominatifs de parrainage de candidature à l’élection présidentielle a été fructueuse. Dans le rang des députés, les 12 qui détiennent déjà leurs formulaires ont pour nom : Kora Gounou Zimé, Mora Sanni Saré Malick, Houngnibo Lucien, Hazoumè Hyppolite, Nobimè Patrice, Houdégbé Octave, Biokou David Camille Gbosse, Chantal Ahyi, Benoît Dègla
Yacoubou Orou Sé Guéné, Ibourahim Ousmane et Hilaire Adoun. La procédure à la Cena est toute simple : identification de l’élu, vérification de ses données dans le système informatique, impression de la première version du formulaire, puis recueillement de l’empreinte digitale de l’élu et délivrance de son formulaire nominatif.
« L’opération s’est bien déroulée. En moins de 7 minutes, on a été déjà servi. En ce qui concerne le choix des candidats, il faut dire qu’aujourd’hui, il y a une très belle organisation au sein des partis. Quand vous comprenez bien le système partisan, la force majeure revient aux partis. C’est ce que le parti va décider qui va s’appliquer aux députés. Il n’y a pas de demi-mesure. Nous sommes soumis à la décision du parti… », a déclaré le député Ibourahim Ousmane, de la 16ème circonscription électorale. Ce qui relance le débat sur la liberté des élus dans le choix des candidats.





Dans la même rubrique